Acheter et dépenser ses bitcoins au Maroc

Trading du CoinTrading du Coin

Est-il possible de dépenser ses bitcoins au Maroc ? L’adoption des cryptomonnaies, notamment de Bitcoin, parait inéluctable. Et pourtant, il reste des juridictions particulièrement réticentes face à ces nouvelles transactions qui remettent en cause le monopole des banques. Au Maghreb, le Maroc a interdit le recours aux cryptomonnaies jugées “occultes”. Malgré cela, nous allons dresser un état des lieux des méthodes pour acheter des bitcoins, qui pour l’instant ne peuvent être dépensés au Maroc.

Bitcoin et Maroc : qu’en est-il en 2019 ?

Depuis 2017, les transactions en bitcoins et autres cryptomonnaies sont interdites au Maroc. C’est l’Office des changes marocains qui est à l’origine de cette interdiction. Le régulateur chérifien estime que :

« Les transactions effectuées via les monnaies numériques constituent une infraction à la réglementation, passible de sanctions et d’amendes […] S’agissant d’un système de paiement occulte et non adossé à un organisme financier, le recours aux monnaies numériques comporte d’importants risques pour les utilisateurs. » Office des changes

Par ailleurs, Abdellatif Jouahri, le président de la Bank Al-Maghribla Banque centrale du Maroc – ne considère pas le bitcoin comme une monnaie. En effet, pour M. Jouahri le Bitcoin ne remplit pas les trois critères permettant de caractériser une monnaie. À savoir, être un moyen de paiement, constituer une réserve de valeur et être une unité de compte.

En dépit de ce rejet affirmé, les échanges se développent lentement dans le pays. Selon les chiffres de LocalBitcoins, le Maroc serait le 36e pays au monde en ce qui concerne le volume d’échange de bitcoins. Évidemment, ces statistiques ne prennent en compte que les volumes sur le réseau peer-to-peer de LocalBitcoins, mais sont révélatrices d’un certain intérêt pour les devises numériques dans le royaume. De fait, le Maroc est le 4e pays africain en matière de volume de transactions avec 6 millions de dollars transactions effectuées.

Enfin, le royaume chérifien a vu naître certaines initiatives pro-blockchain. Soluna, une société de cloud-computing, a annoncé son intention d’implanter une ferme éolienne dans le pays. L’entreprise soutenue par l’ancien ambassadeur des États-Unis au Maroc entend produire de l’énergie renouvelable afin d’alimenter des data center liés aux cryptomonnaies et au minage. Les travaux du site éolien devraient commencer cette année avec pour objectif de produire plus de 900 MW.

Acheter des bitcoins au Maroc

Au vu de l’interdiction en vigueur, nous essaierons de vous recommander des façons d’acheter des bitcoins tout en conservant un certain degré de vie privée afin de vous protéger.

Tout d’abord, dans un esprit de protection de la vie privée, le choix le plus logique est LocalBitcoins. Cette plateforme se base sur un système d’échange entre particuliers et possède un large éventail de moyens de paiement.

Le principal avantage de ce système peer-to-peer est que vous pouvez choisir les modalités de votre transaction avec votre interlocuteur. À ce titre, il vous est possible d’effectuer une transaction sans avoir à partager vos informations personnelles. Toutefois, LocalBitcoins est en train de durcir sa politique KYC. Cela ne présage rien de bon, car la plateforme était la figure de proue de l’achat de bitcoins sans KYC. D’autres exchanges risquent donc de suivre dans son sillage.

Cette confidentialité représente une garantie nécessaire lorsque les transactions sont effectuées dans un cadre législatif où les cryptomonnaies sont interdites. Le penchant négatif de cette plateforme décentralisée et qu’il est assez facile de contracter avec un vendeur douteux et de se faire escroquer.

Ensuite, l’exchange Coinmama peut être une bonne alternative. Malgré des frais d’environ 8 % sur les achats par carte de crédit, aucune vérification d’identité ne vous sera demandée si vous effectuez des transactions de moins de 150 $. Cette plateforme vous permet donc de rester anonyme en effectuant des transactions relativement faibles.

En dernier lieu, nous retrouvons Paxful, l’autre acteur majeur du marché crypto peer-to-peer. Tout comme sur LocalBitcoins, cette plateforme met en relation acheteurs et vendeurs qui décident eux-mêmes des prix et moyens de paiements. De nombreux moyens sont disponibles permettant de conserver un certain anonymat comme Skril ou encore les cartes cadeaux – iTunes, Amazon et Google.

Bitconseil Bitcoin guide

Où dépenser ses bitcoins au Maroc ?

Peu après l’annonce de l’acceptation par MTDS, une société marocaine spécialisée dans le numérique, des paiements en cryptomonnaies, ces derniers ont été interdits. Aux termes de la législation en vigueur, les transactions en bitcoins au sont passibles d’environ cinq ans de prison et 1500 € d’amende.

Par conséquent, nous n’avons pas pour l’instant connaissance de commerces acceptant Bitcoin au Maroc. Pour le moment, rien n’indique que cette législation puisse changer. Rien n’est impossible, mais en attendant, nous vous recommandons de rester prudent si vous effectuez des transactions en bitcoins au Maroc.

Avatar
Juriste spécialisé en droit des affaires, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

Poster un Commentaire

avatar