Les amateurs de cryptomonnaies fuient la chine pour Hong Kong

Trading du CoinTrading du Coin

La répression de la Chine face aux cryptomonnaies a forcé les investisseurs et les entrepreneurs du continent à trouver des moyens de contourner les restrictions. Les fondateurs de projets autour des monnaies numériques se tournent maintenant vers les bourses d’échanges de Hong Kong pour obtenir une cotation alternative de leurs tokens, tandis que les investisseurs échangent leurs bitcoins en peer-to-peer.

Aurélien Menant, fondateur et PDG de la plateforme d’échange basée à Hong Kong, Gatecoin, a déclaré au South China Morning Post que la société a connu une forte augmentation du nombre d’inscriptions de clients chinois.

« Nous avons reçu un grand nombre de demandes de la part de fondateurs de projets Blockchain basés sur le continent qui aimeraient inscrire leurs tokens sur notre plateforme », a-t-il déclaré.

ICO en Chine

Selon l’Internet Finance Association de Pékin, 65 projets d’ICO ont été achevés en Chine au cours des sept premiers mois de 2017, amassant environ 398 millions de dollars américains. La banque centrale chinoise a déclaré que 90 % des ICO lancées sur le continent étaient frauduleuses.

Blocage des plateformes d’échange

Cette décision a été suivie d’une interdiction des canaux d’achat ou de vente de cryptomonnaies, obligeant les plateformes d’échange, dont BTC China, Huobi et OKCoin, à suspendre leurs services d’ici à la fin du mois. Yicai Global, un média financier national, a rapporté que la Chine prévoit de fermer tous les exchanges de bitcoin.

Des mesures draconiennes

Le plan du gouvernement est considéré comme l’une des mesures les plus draconiennes que tout gouvernement chinois ait jamais prises par rapport au Bitcoin.

Un événement sur la Blockchain, initialement prévu à Pékin la semaine dernière, a été déplacé à Hong Kong « pour réduire les risques d’annulation ».

Mercredi, des centaines de commerçants et d’experts du bitcoin se sont réunis au Hong Kong Grand Hyatt Hotel pour le Blockchain Global Summit, un événement de deux jours organisé par la société chinoise BitKan.

« Bien que nous ayons fait un rapport à la police locale et qu’il n’ y ait pas de contenu lié aux ICO de prévu pendant l’événement, nous avons décidé de changer l’heure et le lieu pour réduire les risques d’annulation. »

Selon Leon Liu, co-fondateur et PDG de BitKan, la répression a conduit les investisseurs chinois à trouver des moyens d’échanger directement des bitcoins entre eux. Par le biais d’applications de messagerie par exemple.

« Vous utilisez WeChat, vous rencontrez quelqu’un, vous discutez, vous achetez et vendez, vous transférez de l’argent, personne ne sait pourquoi vous avez transféré l’argent. C’est très répandu maintenant » , a-t-il déclaré au Wall Street Journal.

La Chine représentait la grande majorité du volume global des échanges de bitcoin dans le monde. Maintenant, elle représente moins de 5%. Des pays comme le Japon et les États-Unis ont eux émergé pour représenter la plus grande part des volumes d’échanges mondiaux.

« Depuis les premières restrictions importantes imposées aux plateformes chinoises en janvier, les exchanges au Japon, en Corée, aux États-Unis et à Hong Kong dominent les activités mondiales », a déclaré Menant.

De quoi s’inquiéter ?

« Les ventes de tokens et la quasi-totalité du développement autour de la Blockchain se passent en dehors de la Chine. De plus, d’importantes opérations minières se déroulent en Russie, en Europe et aux États-Unis défiant leurs homologues chinois. »

« Par conséquent, ces décisions n’auront que peu d’impact sur l’avenir à long terme de l’écosystème Blockchain. »

La répression chinoise a tout de même fait chuter le prix du bitcoin de plus de 30%. Même si cette baisse a été de courte durée, elle démontre que les gouvernements peuvent facilement influencer le prix des cryptomonnaies.

Abonnez-vous sur YouTube : Journalducoin
Ajoutez nous sur Twitter : @lejournalducoin
Upvotez nous sur Steemit : @Journalducoin
Suivez nous sur Facebook : @lejournalducoin

Soure : coinjournal.net

Pour soutenir le JDC, utilisez nos liens partenaires : Coinbase (10$ offert), Changelly (pas d’inscription ni de vérification d’identité), Ledger Wallet (coffre fort crypto).

Romain
Cofondateur du Journal du Coin et crypto-addict depuis plusieurs années. J'aime partager ma passion et aider les nouveaux arrivants à évoluer dans cet univers. Vous pouvez me retrouver tous les lundis sur notre chaîne YouTube pour notre JTduCoin.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
trackback

[…] vont réagir les investisseurs hongkongais en cryptomonnaie face à ces avertissements, surtout lorsque les contrats à terme du Groupe CME seront à leur tour […]

trackback

[…] Chine, la répression à l’encontre du bitcoin est toujours présente, ce qui pousse les amateurs chinois de monnaies numériques à fuir le pays afin de réaliser libreme…. La Banque populaire de Chine (PBOC) elle continue d’agir, cette fois-ci, contre les mineurs en […]

trackback

[…] Les ICO puis les exchanges crypto avaient été successivement interdits sur le territoire, poussant de nombreux acteurs à s’expatrier dans des pays plus ouverts au marché des devises […]