Craig Wright Bitcoin Faux Satoshi

Craig Wright traite le juge de son procès « d’imbécile »

Trading du CoinTrading du Coin
1.8
(52)

Nous nous imaginons tous le mystérieux Satoshi Nakamoto à notre façon, mais certainement peu d’entre nous l’imagineraient en train d’insulter un juge dans un procès où il serait le principal accusé. C’est pourtant ce qu’a fait Craig S. Wright, en déclarant que le juge de son procès était un imbécile.

Objection votre imbécile honneur

Le véritable cirque juridique dans lequel Craig S. Wright s’est empêtré continue de plus belle. Dans l’affaire Kleiman, où la moitié de 1,1 million de bitcoins (BTC) sont demandés par les plaignants, l’auto-proclamé Satoshi Nakamoto avait déjà été menacé de sanctions supplémentaires pour parjure, mais il semble désormais qu’il soit carrément passé à l’injure.

Suite à la décision du juge Reinhart – tribunal de Californie du Sud – d’imposer des sanctions à Craig Wright, la défense de ce dernier avait émis une objection à ce jugement.

Mais aujourd’hui, un nouveau document est versé à ce dossier juridique, dans lequel les plaignants – la famille du défunt David Kleimansoutiennent l’ordonnance du juge Reinhart, avec des rappels d’éléments du procès que l’on pourrait qualifier jovialement de “croustillants”.

Injures, mensonges et contradictions

Dans ce véritable “best-of collector” des bévues que Craig Wright a commises lors de son procès, les plaignants rappellent que l’accusé a publiquement traité de “juge imbécile” (« silly judge ») le magistrat en charge de son procès, peu après que ce dernier ait rendu son jugement fin août dernier.

Craig Wright insulte de « silly judge » le juge de son procès (à 26 min de la vidéo) – Source : YouTube

Les plaignants mentionnent également le fait que, dans une interview donnée à ModernConsensus, Wright admet qu’il a menti à la Cour. Contrairement à ce qu’il avait dit devant le tribunal – comme quoi ses BTC étaient soi-disant bloqués auprès d’un certain “Tulip Trust” – il se vantait dans cette interview de pouvoir avoir accès aux bitcoins en sa possession, mais il aurait choisi de ne pas le faire (lol).

« J’aurais pu foutre le marché en l’air n’importe quand ces 10 dernières années et m’enfuir en riant. Je ne l’ai pas fait », Craig S. Wright

Velvel Freedman, l’avocat de la famille Kleiman, conclut en disant que – par son attitude et ces multiples contradictions – Wright « n’a aucun respect pour l’autorité de la Cour (…) Il a menti tout au long de cette affaire (…) si sa conduite n’est pas sévèrement punie, elle se reproduira ».

Celui que l’on surnomme “Faketoshi” est donc bien loin d’en avoir fini avec cette affaire. Il faudra attendre la suite du procès en mars 2020 pour en savoir plus sur le sort que les juges réservent à Craig Wright.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 1.8 / 5. Nombre de votes : 52

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici