Web3 : entre fantasmes, ambitions et incompréhensions, l’Internet de demain reste nébuleux

L’un des co-fondateurs de la messagerie Signal a publié un papier dans lequel il exprime ses doutes quant à la décentralisation du réseau Ethereum mettant ainsi en exergue les limites du Web 3.0. Plus récemment, c’est un sondage qui permet de rendre compte de la méfiance du public américain vis-à-vis du Web 3.0 qui redoute une réitération des dérives, notamment quant à la protection de leur vie privée, du Web 2.0.

De l’incompréhension du Web 3.0…

La société mondiale d’analyse stratégique, National Research Group (NRG) vient de publier un rapport d’une enquête menée auprès de 1 500 consommateurs américains sur le sujet des espoirs et des peurs générées par le Web 3.0. L’étude a été réalisée sur un panel calibré de répondants d’un point de vue de l’âge (entre 18 et 64 ans), du sexe, de la religion, du revenu et du niveau d’éducation. Ainsi, ce sondage réalisé selon les standards statistiques est assez représentatif de l’opinion commune.

Rapport NRG sur le Web 3.0 d’après une étude menée en janvier 2022 auprès de 1500 citoyens américains.
Rapport NRG sur le Web 3.0 – Source : National Research Group

Le premier constat est que le Web 3.0 reste incompris par la majorité des répondants, seuls 13 % ont déclaré comprendre ce que recouvre ce terme. De plus, 54 % n’ont encore jamais entendu parler du Web 3.0. Toutefois, parmi ceux qui se sont renseignés sur le Web 3.0, 83 % ont la conviction qu’une nouvelle version d’Internet améliorerait leur vie et notamment la protection de leurs droits et libertés.

Le vice-président et responsable mondial des informations chez NRG, Marlon Cumberbatch a déclaré vis-à-vis de ce rapport :

« Il semble que les Américains, quels que soient leurs revenus, leur politique ou leur race, estiment fermement qu’ils n’ont pas suffisamment de contrôle sur la manière dont ils interagissent avec le contenu en ligne et sur la manière dont les entreprises utilisent leurs données personnelles. »

Il a poursuivi en ajoutant que ces résultats démontrent « un réel désir des consommateurs pour une nouvelle ère d’Internet. » Cependant, actuellement le manque de pédagogie et de compréhension du public s’agissant du concept du Web 3.0, reste un obstacle de taille.

>> Pas besoin de comprendre le Web3 pour profiter des rendements liés à Invictus (lien affilié). <<

Au désir d’une nouvelle ère de l’Internet

D’abord, 54 % des personnes sondées ont déclaré craindre que leurs droits et libertés soient menacés par la technologie. De plus, interrogés sur les raisons justifiant cette crainte, 44 % évoquent des problèmes liés à la confidentialité, 35 % soulignent le manque de contrôle sur leurs données personnelles et 38 % n’apprécient pas le fait que leur profil soit ciblé par des publicités personnalisées. En outre, plus de la moitié des interrogés estiment que les entreprises du Web 2.0 ont accumulé trop de pouvoir et que cela doit cesser.

Représentation schématique des réponses à la question de savoir quelle entité est responsable de l’éthique de l’Internet de demain, le Web 3.0.
Résultats du sondage à la question « Qui doit s’assurer de l’impact positif du Web 3.0 ? » – Source : Rapport NRG

Ensuite, à la question de savoir qui a la responsabilité de s’assurer de l’impact positif du Web 3.0, les personnes interrogées ont répondu de la façon suivante :

  • 51 % considèrent que cette responsabilité repose sur les entreprises technologiques
  • 50 % estiment que cette responsabilité revient aux ingénieurs et développeurs d’applications
  • 32 % attribuent cette responsabilité aux différents régulateurs
  • 31 % admettent que ce sont les utilisateurs d’Internet eux-mêmes qui devront y veiller

Pour d’autres, ce sont les médias et les journalistes qui ont leurs rôles à jouer pour améliorer l’Internet de demain.

Enfin, d’après un rapport de décembre dernier publié par le fonds d’investissement Grayscale, l’Internet du futur ne serait pas nécessairement le monopole des géants actuels du Web 2.0.

Même si la compréhension du Web3 est nécessaire pour aborder la prochaine évolution d’internet, elle n’est pas indispensable pour investir avec Invictus Capital. Le fonds C10 Hedged facilite l’adoption des particuliers en regroupant les 10 premières cryptomonnaies en 1 seul token.  Qu’attendez vous pour vous inscrire ? (lien affilié)

Margot Marin

Avocate en devenir, j'ai mis un pied dans le monde des crypto grâce à la passion dévorante de mon partenaire de vie. Je me suis finalement pris moi-même de passion pour ce domaine, et plus particulièrement les interactions entre la blockchain et le droit.

Recevez un condensé d'information chaque jour