Arrêtons de sacraliser la tokénisation d’actifs sur la blockchain !

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance
pub

Le potentiel disruptif de la blockchain est aujourd’hui communément admis, notamment dans le secteur financier. Mais au-delà de l'enthousiasme que de nombreux investisseurs ont exprimé à l'égard des cryptomonnaies en tant qu'investissement alternatif, l'impact de la blockchain s'étend jusqu’aux racines de la finance traditionnelle.

En effet, les tokens créés via la blockchain sont déjà utilisés pour améliorer l'efficacité dans diverses catégories d'actifs financiers traditionnelles, allant de l'immobilier aux obligations vertes. La Sustainable Digital Finance Alliance (SDFA) et le HSBC Center of Sustainable Finance se sont récemment associés pour démontrer comment la tokénisation pouvait réduire les coûts de gestion et multiplier par 10 l'efficacité opérationnelle des obligations vertes. Et début 2020, RedSwan CRE Marketplace a déjà créé pour 2,2 milliards de dollars de tokens dans le secteur de l'immobilier commercial.

Malheureusement, comme c'est souvent le cas avec les nouvelles technologies, les tokens et la tokénisation ont souvent été présentés comme la solution miracle à tous les problèmes rencontrés par le marché financier. Mais que se passe-t-il si ce n'est pas le cas ?

Token et tokénisation : la fin de tous les maux… de liquidité ?

L'un des plus grands avantages souvent vantés est que la tokénisation rend un actif plus liquide, ce qui est vital pour attirer les investisseurs vers des actifs qui manquent généralement de liquidité. Une grande partie du débat sur la tokénisation est centrée sur ce point, principalement parce qu'elle a toujours été un problème majeur pour de nombreuses catégories d'actifs traditionnels.

En pratique, lorsqu'un actif est tokénisé, il permet aux investisseurs d'acheter ou de négocier des jetons avec plus de facilité, et de n'acheter qu'une fraction de sa valeur globale s'ils le souhaitent.

Toutefois, dans certains cas, définir un actif par sa liquidité peut être trompeur. Comme pour tout actif, ce qui compte au final, c'est sa qualité sous-jacente. Le processus de tokénisation ne peut pas rendre un actif faible fort simplement parce qu'il est associé à une attente de liquidité accrue. Un bien immobilier qui s'est affaissé est toujours affaissé, que ce soit de manière symbolique ou non.

Il convient de bouleverser la façon dont on envisage actuellement la tokenisation. Plutôt que de se concentrer sur la liquidité, nous devrions nous concentrer sur les autres avantages que les jetons peuvent apporter.

Efficacité et risque

Maximiser l'efficacité et minimiser les risques ont toujours été 2 piliers majeurs pour toute institution financière. Toutefois, encore aujourd'hui, il existe une série d'instruments financiers qui sont encore très sensibles aux problèmes dans ces domaines, en particulier ceux qui sont négociés « de gré à gré » (OTC). Le meilleur exemple reste probablement le marché des obligations, un marché de plusieurs milliards de dollars, où les transactions de gré à gré sont encore courantes.

Lorsqu'une transaction de gré à gré est effectuée, elle se fait souvent par téléphone, une personne appelant une autre pour décider d'une transaction. Cela introduit un énorme risque d'information. En effet, les équipes chargées des opérations sur titres signalant des taux d'erreur pouvant atteindre 40 %. Lorsque les instructions relatives à la transaction sont transmises aux dépositaires, ceux-ci repèrent l'écart. Ils doivent alors enquêter et découvrir ce qui a mal tourné, ce qui entraîne souvent de très longs retards dans les délais de règlement.

La blockchain fournit un accès transparent aux informations relatives aux transactions et à la compensation afin que les problèmes opérationnels puissent être détectés plus tôt et contribuent à atténuer le risque de règlement (c'est-à-dire l'échec du règlement). Dans le cas où une transaction de gré à gré a été mal saisie par une contrepartie, la contrepartie qui a confirmé l'instruction peut voir que l'autre contrepartie ne l'a pas confirmée dans un délai défini.  De cette manière, la contrepartie qui confirme l'instruction peut intervenir de manière proactive avant la date de règlement pour rectifier la situation et éviter un défaut de règlement.

Par ailleurs, officialiser une transaction de cette manière génère des informations sur la négociation qui sont facilement accessibles et sécurisées. Lorsqu'il s'agit de déclarer les catégories d'actifs traditionnelles, le processus est très manuel et souvent coûteux. Mais avec une solution qui tourne sur la blockchain, le reporting est intégré dans les fondations même de l'écosystème. L'extraction de ces données et leur partage le cas échéant ne nécessite pas de coûts ou de ressources supplémentaires importants, et le nombre et la complexité des étapes nécessaires pour effectuer les rapprochements entre les différentes entités sont réduits et simplifiés.

Débloquer de nouveaux investissements

Le potentiel de la tokénisation ne sert pas uniquement à optimiser le processus de négociation d’actifs traditionnels. En effet, la blockchain peut également ouvrir le cercle des investisseurs capables de participer. Jusqu'à présent, l'accent a été mis sur les avantages que le fractionnement apporte aux petits investisseurs, en abaissant la barrière d'entrée. Toutefois, les réglementations relatives aux petits investisseurs sont encore très strictes, ce qui est important pour protéger les non-professionnels contre des pertes disproportionnées.

En revanche, la tokénisation peut être utilisée pour permettre à des investisseurs plus gros d'investir dans des projets plus petits. En raison de la transparence de la blockchain, l'investisseur peut toujours inspecter chaque offre individuellement et s'assurer que chaque élément répond à ses exigences en matière de qualité et de risque, tout en regroupant ces éléments dans un seul jeton plus important. Notons qu'un établissement peut diversifier ses activités avec des actifs qui n’auraient autrement pas attiré son attention.

Les obligations vertes ou les dettes liées aux énergies alternatives constituent des exemples particulièrement intéressants, où la blockchain offrirait des avantages conséquents.

Il existe un assez faible billet d'entrée dans une société d'emprunt pour les énergies alternatives, car généralement, un investisseur achètera une petite participation dans une ferme solaire. Il recevra ensuite un dividende. Ce type d'investissement peut être bien inférieur aux frais bancaires associés à son paiement. Toutefois, lorsqu'ils sont regroupés grâce à la blockchain, ces emprunts, pour les énergies alternatives, peuvent être un moyen très intéressant pour une grande entreprise de générer un rendement, tout en diversifiant son portfolio.

En outre, comme la blockchain est très transparente, le jeton lié à l'obligation énergétique contient d'énormes quantités de données analysables pour les investisseurs. La valeur de la participation est calculée en temps quasi réel, grâce à l’internet des objets (IoT) qui surveille en permanence tous les facteurs ayant une incidence sur la production et la vente d'énergie verte, comme l'intensité lumineuse, le vent, les tendances météorologiques ou la demande du réseau. Ainsi, une institution peut évaluer avec précision et efficacité la solidité de son investissement.

Rôle des jetons de sécurité sur le marché

Il est important de noter que certaines catégories d'actifs traditionnelles ne sont pas encore adaptées à la blockchain. Les instruments dont le cadre est bien établi, comme les actions cotées en bourse, ont déjà des rails correctement formés et rigoureux en place, de sorte que le transfert vers une blockchain pourrait causer plus de perturbations et de coûts que de bénéfices.

BitConseil

Dans le milieu de la blockchain, l'on a tendance à affirmer que la technologie de la blockchain devrait être introduite dans tous les coins de l'espace financier, ce qui est faux. Il convient d'introduire la blockchain lorsqu'elle apporte de la valeur aux investisseurs ou aux institutions. Elle devrait avoir pour but d'accroître et de compléter le marché – et non de le remanier, ou du moins pas avant que les systèmes en place ne répondent plus à la demande.

Les coûts et les infrastructures associés aux marchés des capitaux ont rendu certains actifs – comme les obligations vertes ou l'immobilier – trop chers à mettre sur le marché et à entretenir, ou trop difficiles à investir. Ces cas d'utilisation sont des exemples de cas où la tokenisation peut vraiment briller.

La blockchain est un outil destiné à aider les marchés financiers à atteindre la maturité, et non à les remplacer.

Auteur

Chef de produit de Polymath. Polymath facilite la création, l'émission et la gestion des tokens sur la blockchain. La société développe actuellement sa propre blockchain et son token.

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER