Fermeture de Coinhive, le service de minage polémique

Trading du CoinTrading du Coin

Coinhive permettait à un possesseur de site internet (ou un pirate) de faire miner du Monero (XMR) à ses visiteurs sans leur consentement. La chute du prix et de la puissance de minage sur le réseau XMR semblent avoir mis un terme aux activités de cette entreprise controversée.

Trop « durement touché » par la chute des cours et du hashrate

C’est via une publication sur leur blog que l’équipe a annoncé la mauvaise nouvelle à ses utilisateurs : Coinhive met définitivement fin à ses services, dès le 8 mars prochain.

Fermeture Coinhive minage Monero XMR
Publication de Coinhive annonçant la fermeture du site

« La baisse du hashrate (de plus de 50%) après le dernier hard fork de Monero nous a durement touché. Il en a été de même pour le “krach” du marché des cryptomonnaies, la valeur du XMR s’étant dépréciée de plus de 85% en un an. Ceci, et le prochain hard fork avec la mise à jour de l’algorithme du réseau Monero, annoncé pour le 9 mars, nous a amené à la conclusion que nous devons arrêter Coinhive (…) », extrait de la publication

Comme nous l’expliquions dans cet article, le Monero est à nouveau miné (sans vouloir faire de mauvais jeux de mots) par les mineurs spécialisés Asic. Ces derniers ruinent la concurrence utilisant des GPU et augmentent la centralisation du minage. C’est pourquoi l’équipe de développement de Monero a décidé d’y remédier, avec un nouveau hard fork concernant son algorithme CryptoNight (en version 4), le 9 mars prochain.

La fin d’un service souvent associé au « cryptojacking »

Avec la fin prochaine de ses services, CoinHive laissera jusqu’au 30 avril 2019 à ses utilisateurs pour retirer leur fonds.

Cela mettra un point final à la longue suite de polémiques qui avait émaillé ce service de minage intégré aux sites internet, qui était (bien trop souvent) caché ou imposé aux visiteurs de ces sites, voire même issu de pages de sites piratés.

De l’Ultimate Fighting Championship à Starbucks, en passant par ThePirateBay, ou encore des applications sur le Google Play Store faisant du cryptojacking. L’utilisation de CoinHive s’est fréquemment trouvée du côté obscur de l’éthique.

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici