Du bitcoin et de la crypto dans les poches de 46 millions d’Américains – Le NYDIG a mené l’enquête

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance
pub

Des crypto-users dans les rues des États-Unis – Selon une enquête menée par le New York Digital Investment Group (NYDIG), plus de 46 millions d'Étasuniens posséderaient au moins un satoshi dans leur patrimoine financier. Si l'on considère les données démographiques de 2019, ce chiffre représenterait environ 17 % de la population adulte du pays.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-encore-temps.png.

Bitcoin apprécié par les consommateurs aisés

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon national de 1 050 consommateurs américains ayant un revenu annuel d'au moins 50 000 dollars. Les données ont été pondérées en fonction de l'âge, du sexe, de l'éducation et de localisation géographique afin d'être le plus fidèle possible à la démographie du pays. Les résultats ont révélé un fort intérêt pour Bitcoin :

  • 75 % des répondants aimeraient avoir des informations sur les rendements de Bitcoin et la possibilité d'une police d'assurance liée à Bitcoin ;
  • 53 % ont déclaré ne pas posséder d'actifs numériques, mais 55 % des répondants envisageraient d'ajouter des actifs numériques à leur portefeuille ;
  • 90 % des personnes interrogées ont déclaré être intéressées par des produits d'assurance ou de rente ayant au moins un lien indirect avec Bitcoin ;
  • 43 % des répondants sont très favorables à ce que leur compagnie d'assurance investisse moins de 2 % de ses liquidités en BTC. Pour le reste, 42 % trouvent cette éventualité acceptable et plus de 80 % de la population interrogée seraient donc favorables à un produit d'assurance avec une faible exposition à Bitcoin.

Des résultats à relativiser

Les chiffres spectaculaires avancés par le sondage ont immédiatement fait parler d'eux et ont été repris par Michael Saylor, CEO de MicroStrategy, et Nic Carter, co-fondateur de Coin Metrics.

Toutefois, ces résultats sont à prendre avec des pincettes. En effet, en statistiques, un échantillon de 1 000 individus est le strict minimum pour avoir des résultats exploitables. Malgré tout, certains statisticiens de renom ignorent toutes études comprenant moins de 10 000 répondants, car ils les considérèrent comme non significatives – c'est-à-dire que l'on ne pourrait pas tirer de conclusions pertinentes à partir des résultats.

Par ailleurs, le NYDIG, en tant qu'institution financière, n'interroge que des personnes avec des revenus correspondant ceux de leurs clients. En effet, le sondage porte sur la pertinence d'un produit d'assurance comprenant une exposition à Bitcoin à destination de la classe moyenne supérieure US. De ce fait, pour des résultats plus représentatifs, il faudrait revoir ces chiffres à la baisse. Une chose est cependant sûre : au moins 10 % de la population adulte des États-Unis possède du BTC.

En fin de compte, bien que le chiffre « 46 millions » puisse sembler impressionnant au premier abord, l'étude sera considérée comme biaisée au yeux de certains spécialistes. Si l'on souhaite obtenir des résultats plus probants, le mieux serait certainement de mener une nouvelle enquête, cette fois-ci menée par une entité neutre qui chercherait à étudier un phénomène global, sans l'influence de facteurs externes (comme la nature de son activité).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Ethereum-ETH-trop-tard.png.

Auteur

Financier et juriste, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER