OpenSea : un nouveau protocole de marketplace NFT pour redorer son blason

OpenSea fait évoluer son moteur – L’écosystème des NFT a connu un essor sans précédent, depuis la seconde moitié de l’année 2021. En parallèle, la plateforme OpenSea s’est imposée comme le leader incontesté parmi les plateformes d’achat et de vente de NFT. Celle-ci vient d’annoncer une amélioration de son protocole avec le déploiement de Seaport

OpenSea dévoile Seaport

OpenSea est la plateforme d’achat et de vente de NFT de référence. Forte de plusieurs milliards de volumes mensuels, celle-ci s’impose comme le leader incontesté de l’écosystème NFT. 

Le 20 mai dernier, celle-ci a annoncé une évolution de taille de son protocole. En effet, OpenSea a dévoilé Seaport, « un tout nouveau protocole de place de marché Web3 pour acheter et vendre des NFT de manière sûre et efficace »

OpenSea annonce le déploiement de Seaport, un nouveau protocole de place de marché Web3 pour acheter et vendre des NFT
Logo de Seaport

En pratique, Seaport est un protocole permettant l’achat, la vente ainsi que l’échange de NFT. Bien que développé par les équipes d’OpenSea, Seaport est un protocole open source. Ainsi, d’autres marketplaces de NFT pourront être développées en se basant sur ce dernier.

« OpenSea ne contrôle ni n’exploite le protocole Seaport. Nous ne serons qu’un parmi d’autres, construisant sur ce protocole partagé. »

Déclaration d’OpenSea

Le code de Seaport a d’ores et déjà été audité par 2 entreprises, à savoir OpenZepplin et Trail of Bits, sans qu’aucune vulnérabilité majeure n’ait été découverte. 

>> Il y a aussi des NFT sur Binance. Inscrivez-vous vite pour découvrir les collections (lien affilié) <<

Seaport : l’efficacité avant tout 

Le protocole Seaport introduit de nombreuses améliorations dans le fonctionnement des plateformes d’achat et de vente de NFT. 

Habituellement, les places de marchés NFT permettent de créer des annonces de vente, où un NFT est mis en vente contre un montant défini de jetons. 

De son côté, Seaport propose une nouvelle approche. En fait, les vendeurs pourront désormais accepter de nombreuses contreparties, sous la forme d’ethers (ETH) (comme ce fut le cas jusqu’à présent), mais aussi d’ERC-20 ou même d’autres NFT, sous la forme d’ERC-721

Par exemple, un utilisateur pourrait utiliser Seaport pour mettre en vente un NFT CryptoPunk, en acceptant en échange d’un lot composé d’un NFT Mutant Ape Yacht Club ainsi que des DAI. 

De surcroît, il sera possible de spécifier certains critères à la réalisation de la vente, comme d’exiger un token ID ou un trait spécifique à une collection. 

Sous le capot, le contrat de Seaport semble être un chef-d’œuvre de réalisation. En effet, plusieurs développeurs ont partagé leur enthousiasme quant aux optimisations faites dans le code du smart contract. 

C’est notamment le cas du développeur @JetJadeja qui a déclaré sur Twitter : 

« Bon sang ! C’est l’un des meilleurs répertoires Solidity, si ce n’est le meilleur, que j’ai jamais vu. »

Effectivement, le contrat comporte de nombreux passages écrits en assembleur, permettant une importante optimisation des coûts de gas.

Le soin apporté au code et à sa sécurité pourrait bien permettre à OpenSea de redorer son image. En effet, la plateforme a de nombreuses fois fait l’actualité après avoir été la cible d’attaques en tout genre, comme la dernière en date ayant ciblé son serveur Discord.

Vous êtes en droit de ne rien comprendre à la tendance NFT. En revanche, ne pas vous intéresser à Bitcoin est impardonnable ! N’attendez plus pour préparer l’avenir en allant vous inscrire sur la plateforme Binance, LA référence absolue du secteur (lien affilié).

Renaud H.

Ingénieur en software et en systèmes distribués de formation, passionné de cryptos depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

Recevez un condensé d'information chaque jour