L’énorme somme que le géant du Bitcoin Coinbase destinera à des paris risqués

Coinbase se la joue quitte ou double – Depuis l’entrée de son action COIN à la bourse du NASDAQ, Coinbase se sent pousser des ailes. Confiante de son avenir, l’entreprise de Brian Armstrong va désormais miser une part non négligeable pour tenter des paris sur de très jeunes crypto-projets à fort potentiel.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-1.png.

Des paris audacieux pour continuer de révolutionner Bitcoin et les cryptos

Dans une publication parue ce 21 avril, le responsable du développement-produit de Coinbase, Surojit Chatterjee, explique une toute nouvelle stratégie pour le groupe de la crypto-bourse : le « Project 10 Percent ».

Ce programme consiste à consacrer 10 % des revenus de la société sur des projets « d’innovations disruptives ». Ces paris sur l’innovation seront définis par Coinbase en fonction de :

« (…) leur impact potentiel sur l’entreprise, c’est-à-dire par la création d’un changement radical pour nos utilisateurs, nos métriques ou nos capacités ».

Même si ces projets nécessitent d’avoir « une grande tolérance au risque », Surojit Chatterjee explique qu’ils seront évalués chaque trimestre, afin de mesurer les progrès réalisés et de déterminer la voie à suivre (continuation ou mise en retrait du projet).

Comme ce cadre de Coinbase l’admet lui-même, « tous ces projets 10 % n’aboutiront pas », mais ceux qui réussiront pourront avoir un « impact décuplé », et faire évoluer fondamentalement le secteur des cryptomonnaies.

Il est vrai que la grande majorité des projets cryptos ont commencé très modestement, Bitcoin lui-même y compris. Avec son « Project 10 Percent », Coinbase veut se donner les moyens de détecter les potentielles prochaines licornes du secteur, qui innoveront dans des domaines et cas d’usage des cryptomonnaies que l’on n’imagine même pas encore.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Ethereum-ETH-trop-tard.png.

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour