FTX en Afrique : entre marketing agressif et promesses invisibles

Les promesses de FTX – À l’heure où les rebondissements de l’affaire FTX alimentent allègrement les chroniques judiciaires de la presse crypto et financière, on découvre que la plateforme a cherché à attirer de nouveaux utilisateurs jusqu’au dernier moment. Alors que tous les regards se sont tournés vers les États-Unis et l’Europe après la faillite, il apparaît que certains pays d’Afrique ont été ciblés par un marketing particulièrement agressif de la part des équipes de Sam Bankman-Fried. Au plus près des problématiques locales, des ambassadeurs de l’exchange ont su convaincre autour d’eux à grand renfort de cadeaux et d’avantages. Ils se retrouvent maintenant dans une situation très compliquée.

Un marketing agressif pour attirer de nouveaux utilisateurs en Afrique de l’ouest

Le 3 novembre dernier, soit une dizaine de jours avant la faillite officielle de sa société, Sam Bankman-Fried annonçait avec enthousiasme que FTX acceptait désormais le franc CFA. Au sein des huit pays de l’union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), il serait désormais possible d’acheter des cryptomonnaies sur la plateforme des Bahamas. Les habitants du Bénin, du Burkina Faso, du Togo, du Sénégal, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Niger ou de la Guinée-Bissau se retrouvaient embarqués, eux aussi, dans l’aventure sans retour de FTX.

Mais le pire est clairement à chercher du côté du Nigéria. C’est dans ce pays gigantesque avec plus de 2 millions d’habitants que le marketing de la plateforme en faillite s’est montré le plus efficace. Des témoins ont raconté des fêtes somptueuses organisées à Lagos qui avaient pour objectif de recruter de nouveaux ambassadeurs. Ces derniers étaient ensuite chargés de convaincre de nouveaux clients avec des bonus de 5 dollars et des cadeaux pour chaque nouvelle inscription.

Avec son programme d'ambassadeurs, FTX a cherché à embarquer un maximum d'utilisateurs en Afrique. A coups de fêtes, d'événements et d'incitations financières, ces ambassadeurs ont réussi à convaincre des milliers de personnes de rejoindre la plateforme.
FTX a entrainé de nouveaux utilisateurs dans sa chute jusqu’au dernier moment

>> Vous cherchez une plateforme crypto dûment régulée ? Inscrivez-vous sur Binance, et économisez 10% de frais (lien commercial) <<

Des ambassadeurs locaux de FTX à l’œuvre au Nigéria

Pius Okedinachi, responsable de l’éducation pour l’Afrique chez FTX et ambassadeur lui-même, explique sa méthodologie, non sans amertume :

« Mon travail principal était de promouvoir FTX au Nigeria et dans d’autres pays africains par le biais de sessions d’information en ligne et d’événements comme des conférences. Nous savions comment jouer le jeu. Nous savions comment impliquer les gens. »

On sait maintenant que ces recruteurs maison avaient des objectifs chiffrés de plusieurs centaines de milliers de dollars chaque mois. Fortunate Atueyi, 23 ans, étudiant en chimie à l’Université du Nigéria à Nsukka, est devenu ambassadeur du campus FTX en mars 2022. Il raconte que la société s’occupait de la logistique pendant que lui, ramenait des étudiants. Pour 500 personnes présentes, il touchait 200 dollars et la promesse d’en avoir plus dans le futur.

Se protéger de la dévaluation de sa propre monnaie et avoir un rendement de 8% avec du dollars ? Qui pourrait résister à ces arguments au Nigéria et dans d'autres pays africains où FTX a su convaincre de nombreuses personnes d'investir chez eux. Malheureusement, ils ont tout perdu lors de la faillite de la plateforme.
De nombreux nigérians ont rejoint FTX pour tenter de sauver leurs économies de la chute de la monnaie locale

Des arguments qui font mouche au sein de la population

Pour bien comprendre la stratégie de FTX, il suffit de lire le titre d’un webinaire annoncé sur le groupe Telegram de la société. Les 11 000 membres étaient invités à une réflexion sur comment « Couvrir l’inflation avec FTX Earn ». Avec un rendement de 8 % sur des stablecoins en dollars, FTX proposait de résoudre deux problèmes en même temps.

Tout d’abord, convertir la monnaie locale en dollars pour éviter de subir les dévaluations du naira nigérian, du rand sud-africain ou encore du cedi ghanéen. Mais surtout profiter des 8 % de rendement et faire miroiter un avenir meilleur à des étudiants souvent peu fortunés. Enfin, le pire dans tout ça, c’est peut-être la honte et les regrets d’avoir embarqué dans l’aventure des membres de sa famille et certains de ses amis.

Muhammad Sabiu, 27 ans, raconte qu’il admirait Sam Bankman-Fried, qu’il croyait à ses déclarations altruistes et engagées. Il est tombé de haut lors de la faillite de FTX et en plus de ses pertes personnelles, il doit maintenant assumer les regards sur lui et gérer les désillusions de sa communauté. Finalement, de New York à Lomé et d’Abuja à Paris, les utilisateurs floués de l’exchange ont tous la même amertume d’avoir cru aux belles promesses du CEO en short. Et les révélations récentes ne vont pas atténuer ce sentiment.

L’hiver est une période idéale pour construire et apprendre ! Inscrivez-vous sur la plateforme Binance et profitez d’une académie gratuite et d’un site intégralement en français pour faire vos premiers pas en toute sécurité. Vous économiserez 10 % sur vos frais de trading en suivant ce lien (lien commercial).

Ben Canton

Prof à la ville comme à la scène, vulgariser et expliquer c'est mon quotidien. Crypto-agnostique pratiquant, je cherche la lumière dans les ténèbres des internets en essayant d'éviter les querelles de chapelles ! En attendant la révélation, j'achète du Bitcoin pour mes enfants et je m'enthousiasme pour les projets à destination du grand public.

Recevez un condensé d'information chaque jour