Des membres du Congrès américain appellent à voter sur blockchain

Trading du CoinTrading du Coin

Avant même d’entrer dans la crise du coronavirus, plusieurs voix se sont élevées parmi les élus américains pour accélérer la mise en place d’un dollar numérique. Désormais, en plus de cette monnaie numérique nationale, des membres du Congrès américain poussent aussi à adopter le vote numérique par blockchain.

La technologie blockchain pour voter à distance ?

La crise sanitaire du COVID-19 a créé une nouvelle problématique, qui empêche ou limite les possibilités de réunion pour procéder à des votes. Les membres du Congrès américain ont ainsi rédigé un mémorandum pour demander d’étudier rapidement la possibilité d’un vote électronique.

Dans cette note en date du 30 avril, les membres du Congrès demandent en particulier d’envisager d’utiliser les technologies de registres distribués (DLT) pour procéder à des votes à distance sécurisés.

« Cette crise souligne la nécessité d’envisager des moyens pour que le Congrès puisse faire son travail à des moments où il ne peut se réunir en personne (…) Avec son registre distribué chiffré, la blockchain peut à la fois transmettre un vote en toute sécurité et vérifier la validité du vote. (…) La blockchain peut fournir un environnement sûr et transparent pour les transactions, et un enregistrement électronique inviolable de tous les votes. »

L’Estonie est un exemple de pays ayant utilisé de tels moyens pour organiser des élections en ligne. Les élections parlementaires 2019 de ce pays ont en effet vu 44% des votes être exprimés via Internet.

Blockchain Estonie

Les élus sont conscients des risques spécifiques aux blockchains

Les membres du Congrès semblent très au point sur les menaces liées à l’usage des technologies blockchain.

Les élus mentionnent ainsi la nécessité absolue d’éviter le risque « d’attaque des 51% » sur le processus de vote par blockchain :

« Une attaque des 51 % se produit lorsqu’un acteur contrôle plus de la moitié de la puissance de calcul d’un réseau, et utilise cette puissance pour exercer un contrôle sur la blockchain (…) Il faut donc garantir qu’aucun mauvais acteur ne puisse obtenir le contrôle majoritaire d’une blockchain de vote. »

À peine une semaine auparavant, le 23 avril, 11 membres du Congrès ont déjà demandé au secrétaire du Trésor américain – Steven Mnuchin – de considérer les technologies blockchain/DLT pour faciliter la distribution des chèques du programme d’aide CARES.

Bien sûr, ces demandes n’émanent pour l’instant que d’une partie des élus américains. Mais on voit bien ici que l’utilisation des technologies liées aux cryptomonnaies a fait son chemin dans l’esprit des représentants US. Verrons-nous de plus en plus de blockchains, dans divers secteurs, se mettre en place dans un avenir proche ?

Illustration : Shutterstock.com

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici