Vous utilisez le Lightning Network ? Vous pourriez être un voleur de Bitcoin, selon Craig Wright

Trading du CoinTrading du Coin

Vous avez reçu du Bitcoin avec le Lightning Network, sans passer par les procédures « KYC » des exchanges ? Navrés, mais vous pourriez être un voleur de cryptomonnaie. C’est en tout cas la nouvelle théorie de Craig « Faketoshi » Wright, le créateur du Bitcoin SV, qui a expliqué son point de vue pour le moins original.

Craig Wright et les voleurs de Bitcoin

Comme il en a l’habitude, Wright a fait part de cette nouvelle théorie dans un article de blog, à grand renfort d’envolées en latin. Pour étayer ses propos, il explique que lors d’une transaction en Bitcoin, les droits de propriété sont transférés au nouveau propriétaire, mais que cela est finalisé uniquement lorsque la transaction est inscrite dans la blockchain de manière inaltérable.

Le problème, selon Wright, c’est que le Lightning Network a été construit « au-dessus » du réseau du Bitcoin. Les échanges qui ont donc lieu grâce à cette solution de scalabilité ne sont pas nécessairement valides selon lui.

Qui plus est, il estime que tous les Bitcoins qui n’ont pas été transférés avec des outils d’identification des clients, tels que les procédures Know Your Customer (KYC), posent problème :

« Les tokens de Bitcoin sont une propriété. Si vous [les] achetez en ne respectant pas les exigences de customer due diligence (CDD) et de [KYC], en enregistrant l’identité de la personne à laquelle vous les achetez, vous faites face à un scénario où la propriété du bien n’est pas transmise. »

Le Lightning Network, repaire de BTC volés ?

Résultat selon Wright : les bitcoins qui transitent grâce au Lightning Network peuvent faire de vous un complice d’un vol : « Si des Bitcoins volés sont transmis par le Lightning Network, la personne qui les achète n’obtient pas le droit de propriété. »

La conséquence, c’est que chacun pourrait être poursuivi pour avoir reçu ces bitcoins « volés » sans le savoir, comme le conclut Craig Wright. Dans les faits, l’argument est difficilement recevable : il faudrait pour cela que chacun puisse vérifier quels sont les bitcoins « sales » pour en refuser l’achat.

L’analyse de Wright semble être une nouvelle tentative pour discréditer le réseau du Bitcoin, pour promouvoir sa propre cryptomonnaie, le BSV, qu’il estime être la seule version valide de Bitcoin.

Comme c’est souvent le cas, Craig Wright pointe donc du doigt des éléments qui pourraient susciter des débats intéressants, mais qu’on a du mal à prendre au sérieux, face à une rhétorique aussi flamboyante. En attendant, soyez tranquille, vos bitcoins qui ont transité par le Lightning Network ne devraient pas vous valoir des menottes…

Image : Shutterstock

Avatar
Intriguée par les possibilités du Bitcoin dès ses débuts, je me suis plongée petit à petit dans le très vaste univers des crypto-monnaies. Je m’intéresse particulièrement aux questions de décentralisation et d’anonymat, et je surveille avec attention les initiatives des gouvernements dans ce domaine.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici