Le milliardaire Mark Cuban continue de défendre le Bitcoin

Dans une interview d’Emily Chang pour Bloomberg, lors du Vanity Fair New Establishment Summit à Los Angeles, Mark Cuban, investisseur milliardaire et propriétaire de Dallas Mavericks, a réaffirmé ses investissements dans le bitcoin.

Pendant de nombreux mois, Cuban a laissé entendre qu’il avait l’intention d’investir dans le bitcoin et les cryptomonnaies. Le 3 octobre, il a même confirmé qu’il avait acheté du bitcoin par l’intermédiaire du fonds suédois XBT Provider, négocié sur le Nasdaq Nordic.

XBT Provider est le même fournisseur de bitcoin que les clients de JPMorgan utilisent pour investir dans les cryptomonnaies. En septembre, Andrew DeSantis et IamNomad, ont révélé que les comptes de JPMorgan Securities Ltd avaient traités diverses transactions sur les comptes de XBT Provider.

Il n’ y a pas de valeur intrinsèque ?

Au cours de l’interview, Cuban a souligné que la condamnation sans fondement de bitcoin, de la part de personnalités importantes du secteur financier, comme Jamie Dimon, PDG de JPMorgan Chase, est inexacte parce que le concept de valeur intrinsèque des actifs et des actions est fondamentalement imparfait. La valeur est subjective et le prix des actifs et des stocks dépend de l’offre et de la demande. La valeur des devises fiat peut être manipulée et modifiée, et n’a donc pas de valeur intrinsèque.

“C’est intéressant parce qu’il y a beaucoup d’actifs dont la valeur est basée uniquement sur l’offre et la demande. Pour la plupart des actions, il n’y a pas vraiment de valeur intrinsèque parce que vous n’avez pas de véritable droit de propriété ni aucun droit de vote. Vous avez juste la possibilité d’acheter et de vendre ces actions. Pour le bitcoin, c’est pareil. Sa valeur est basée sur l’offre et la demande.”

Lors d’une conférence bancaire organisée par Barclays à laquelle Dimon a assisté, Chamath Palihapitiya, un capital-risqueur très respecté et propriétaire des Golden State Warriors, a lancé des critiques similaires à l’encontre de Dimon, notant que la valeur du bitcoin dépend uniquement du marché et que les gouvernements ont un pouvoir limité pour restreindre et réglementer le bitcoin. Il a déclaré :

“Le bitcoin n’est absolument pas une fraude. Il ne peut pas s’agir d’une fraude. Ce que les pays peuvent aujourd’hui contraindre, c’est la manière dont le bitcoin est commercialisé, mais ils ne peuvent pas le contrôler. Il s’agit d’un système fondamentalement distribué en pair à pair. Le génie est déjà hors de sa lampe”

Au fur et à mesure que le bitcoin continue d’évoluer en tant que technologie, monnaie numérique et réserve de valeur, les investisseurs institutionnels, et particuliers adopteront le bitcoin et manifesteront un intérêt croissant pour le marché de la cryptomonnaie. Les consommateurs et les utilisateurs des systèmes bancaires existants commencent à reconnaître les avantages du bitcoin en tant que réseau financier décentralisé et protocole pair à pair, qui élimine la nécessité d’intermédiaires et de médiateurs.

Abonnez-vous sur YouTube : Journalducoin
Ajoutez-nous sur Twitter : @lejournalducoin
Upvotez-nous sur Steemit : @Journalducoin
Suivez-nous sur Facebook : @lejournalducoin

Source : themerkle.com
Photo : TechCrunch

Pour soutenir le JDC, utilisez nos liens partenaires : Coinbase (10$ offert), Changelly (pas d’inscription ni de vérification d’identité), Ledger Wallet (coffre fort crypto).

Restez connecté à l'actualité
Qui d'autre veut recevoir un résumé de l'actualité des dernières 24h chaque matin ?
PARTAGER
Romain
Cofondateur du Journal du Coin et crypto-addict depuis plusieurs années. J'aime partager ma passion et aider les nouveaux arrivants à évoluer dans cet univers. Vous pouvez me retrouver tous les lundis sur notre chaîne YouTube pour notre JTduCoin.

2 Commentaires

  1. […] Avec ses courbes de croissances affolantes, son bagage de technologies innovantes et sa communauté en pleine ébullition, le monde des cryptomonnaies est plus attractif que jamais. Il n’a pas fallu longtemps avant que les banques et entreprises y jettent un œil envieux, ou inquiet. À l’inverse de la plupart des grands dirigeants, nous entendons fréquemment de très bonne analyses de la part d’investisseurs privés. Évidemment, il ne s’agit pas de vendre le monde des cryptomonnaies comme abscons de tout risques, mais à un Ajay Banga, nous préférerons toujours un Mark Cuban. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici