Christine Lagarde tacle le Bitcoin et les cryptomonnaies, une « hype libertarienne spéculative »

L’euro numérique, oui, mais Bitcoin, non – Pas plus tard qu’hier, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, nous expliquait qu’elle préférait laisser courir l’inflation plutôt que d’aider les ménages européens à survivre à la hausse des prix. Aujourd’hui, la banquière centrale nous affirme que Bitcoin n’est pas une monnaie, même si c’est le cas depuis plus d’un an au Salvador.

Bitcoin est rentré dans la cour des transferts de valeur, se désole Christine Lagarde

La présidente de la Banque centrale européenne a participé ce 27 septembre 2022 à la « Conférence sur les opportunités et les défis de la tokenisation de la finance » organisée par la Banque de France. Comme on pouvait s’y attendre, Christine Lagarde s’est une nouvelle fois employée à descendre en flamme Bitcoin et les cryptomonnaies.

Comme nous le rapporte Grégory, présent sur place, Mme Lagarde reconnaît tout de même l’évidence du succès des cryptos, qui ne peut plus être caché. Les crypto-actifs sont passés de ce qu’elle désigne comme une « hype libertarienne anonyme » à de réels moyens de paiement de plus en plus acceptés partout (et par des importants acteurs comme Visa, PayPal, Mastercard,…).

Mais à peine a-t-elle fini cette sorte de mirco-reconnaissance de la prise d’importance des cryptomonnaies et de leur adoption, qu’elle assène un violent coup avec le désastreux exemple de Terra (LUNA) et de son stablecoin UST. Une phrase plutôt en faveur des cryptos, c’était déjà trop.

Christine Lagarde a fait un compliment aux cryptos, avant de les matraquer.
Compte Twitter @GregGuittard

>> Pas envie d’être pris pour une pomme ? Obtenez des rendements solides avec AscendEX Earn (lien commercial) <<

Un monde sans cash ni Bitcoin : un rêve pour les banquiers, un cauchemar pour les citoyens

Christine Lagarde va jusqu’à renier le terme cryptomonnaie, et ne veut les considérer que comme des cryptoactifs. Tout en précisant qu’ils sont « purement spéculatifs ». Quelle est l’unique et seule monnaie numérique qui trouve grâce aux yeux de la présidente de la BCE ? L’euro numérique bien sûr, puisqu’elle en aura l’entier contrôle (comme pour toute monnaie numérique de banque centrale, ou MNBC).

Surtout une fois débarrassé de l’argent liquide. Mme Lagarde pense en effet à la place des européens, qui souhaiteraient selon elle « moins de cash » (ah bon ?). Et si les amateurs de rendements élevés du secteur crypto espéraient en trouver avec l’e-euro de la BCE, ils peuvent d’ores et déjà leur dire adieu :

« Il faudra des limitations pour éviter que l’euro numérique devienne éventuellement un investissement plutôt qu’un simple moyen de paiement. Notre infrastructure devra être bien plus numérique qu’aujourd’hui. Notre projet [d’e-euro] progresse. »

Christine Lagarde, présidente de la BCE

L’avenir que réservent les banquiers centraux à Bitcoin et aux cryptomonnaies est bien sombre. Et cette menace se rapproche sous leur impulsion. Lors de la même conférence, le Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a poussé de toutes ses forces pour que la problématique Loi MiCA soit adoptée d’ici mars 2023 en Union européenne.


Bitcoin fait trembler les banques centrales ? Laissez-les à leurs émois ! Venez plutôt chercher des rendements solides pour vos cryptomonnaies avec AscendEX Earn. Inscrivez-vous dès aujourd’hui sur AscendEX (lien commercial).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour