Blockstream : Interview de l’équipe qui veut envoyer Bitcoin dans l’espace

Trading du CoinTrading du Coin

La semaine dernière, le magazine Bitcoin a couvert l’annonce de Blockstream Satellite, un nœud d’un nouveau genre qui vérifie les transactions Bitcoin en temps réel dans l’espace. Il couvre actuellement les deux tiers de la planète.

“Blockstream permet à encore plus de personnes sur la planète de participer à Bitcoin” a déclaré le cofondateur et chef de la direction de Blockstream, Adam Back. “Avec plus d’utilisateurs qui ont accès à la blockchain Bitcoin via Blockstream de manière entièrement gratuite, nous nous attendons à ce que la vitesse d’adoption de Bitcoin augmente et à ce que le réseau en sorte renforcé”.

Diffuser la blockchain Bitcoin sur toute la planète avait déjà été proposée par Jeff Garzik. Blockstream a repris cette idée en apportant quelques modifications puisque les satellites n’appartiennent pas directement à Blockstream. La société s’appuie sur des satellites commerciaux existants qui sont déjà en orbite. Elle utilise des logiciels open source – GNU Radio et FIBER – pour réduire les couts, tout en restant dans la philosophie Bitcoin.

L’annonce du Satellite Blockstream a eu un effet considérable dans les communautés liées aux cryptomonnaies et dans la communauté spatiale. Des doutes ont également été émis et des questions persistent. Bitcoin magazine a eu le privilège d’interviewer Adam Back et Chris Cook, le dirigeant de la section “Satellite” à Blockstream.

Bitcoin Magazine : Vous utilisez essentiellement des satellites commerciaux qui sont déjà en orbite comme relais. Pourquoi cette approche est meilleur que de construire, lancer et exploiter ses propes satellites, surtout que maintenant avec les systèmes de lancement cubesat, les lancements coutent moins cher ?

Chris Cook : Bien qu’il y ait eu récemment de nombreuses réduction des couts grâce aux cubesats et autres satellites à orbite terrestre basse (LEO), il s’agit toujours d’une entreprise beaucoup plus couteuse si on la compare à l’exploitation de satellites existants. Comme les cubesats ne sont pas géosynchrones, ils sont toujours en train de se déplacer. Cela implique que vous avez besoin de plusieurs cubesats pour garantir une couverture mondiale complète.

De plus, les cubesats ont une durée de vie plutôt faible. Il suffit de quelques mois avant qu’ils ne quittent leur orbite. Vous devez donc les renouveler en permanence, ou les mettre dans une orbite plus lointaine ce qui augmente les couts.

Enfin, nous n’avons pas encore complétement écarté l’idée de lancer nos propres satellites. Cependant, la solution actuelle qui est d’exploiter des satellites commerciaux déjà en orbite nous semblait un excellent compromis pour le lancement du projet. Il nous permet de fournir ce service dans le monde entier, rapidement et tout en étant rentable.

Mise en orbite d’un cubesat depuis la station spatiale internationale

BM : Si les satellites vous appartenaient, que pourriez-vous faire de plus ?

Chris Cook : un satellite dédié pourrait nous permettre d’exploiter un nœud directement depuis le satellite plutôt que de l’exploiter depuis une station au sol.

BM :Avez-vous envisager que des gouvernements puisse faire pression sur vos partenaires commerciaux et les force à rompre les contrats qui vous lient ?

Adam Back : Parce-que Bitcoin est déjà largement utilisé et qu’on peut y accéder par de nombreux autres moyens, nous ne pensons pas que cette situation puisse arriver. Le réseau satellite offre seulement une redondance dans l’accès à bitcoin, et à peu de frais. Et quand bien même cela pourrait arriver, nous sommes en partenariats avec plusieurs entreprises : nous ne mettons pas tous nos œufs dans le même panier.

BM : Blockstream Satellite permet-il d’améliorer la confidentialité et l’anonymat des transactions bitcoins ?

Adam Back : Blockstream Satellite est ce que l’on appelle un récepteur passif. Il n’a de ce fait quasiment aucun impact sur le trafic Internet. Cela permet à votre ISP ou à des sociétés de surveillance d’analyser le réseau Bitcoin pour savoir ce qui se passe sur votre nœud. On remarque donc qu’à priori nous ne rendons pas le réseau confidentiel.

Cependant, nous permettons à tous les utilisateurs disposant d’internet à leur domicile de se connecter et d’installer leur wallet  via Tor. Pour les régions où l’internet haute vitesse est couteux ou indisponible, ils peuvent connecter des portefeuilles sur leurs smartphones via le WiFi ou meshnet à un nœud satellite et diffuser des transactions via des passerelles SMS telles que SMSPushTX, un système développé par Pavol Rusnak ou en utilisant un réseau bi-directionnel Ku ou une L-Band. Ces systèmes coutent peu cher. Le système le plus cher coute 10$ par mégaoctet, ce qui ramène la transaction à moins d’un penny US.

Réalisation d’une transaction par SMS via SMSpush

BM : j’ai donc configuré ma station de réception satellite Blockstream. Je ne suis pas connecté à Internet. Comment puis-je effectuer une transaction en bitcoin ?

Adam Back : Si vous voulez la faire via SMS, vous pouvez déjà utiliser les informations sus-cités. Souvent les gens ont accès à des réseaux 2.5G ou 3G mais ces réseaux sont souvent très couteux. Étant donné que le poids d’une transaction est très faible, le cout d’envoi est également faible.

Concernant les équipements partagés, c’est à dire à l’échelle d’un village ou d’un regroupement d’entreprises, un internet par satellite bidirectionnelle est également rentable, toujours pour les mêmes raisons. La bande L BGAN a l’avantage d’être mobile, et la bande Ku est une antenne parabolique fixe.

BM : Vos FAQ indiquent que les transactions peuvent être envoyé par SMS. utilisez-vous vos propres relais SMS pour les transactions bitcoin ou recommandez-vous d’utiliser des services externes ? Si oui, lesquels ?

Adam back : Nous ne disposons pas de notre propre passerelle SMS, mais Pavol l’a fait (voir ci-dessus). Nous collaborons avec les amateurs et les entrepreneurs de Bitcoin pour créer des infrastructures personnalisées et partager nos connaissances sur ces systèmes afin d’améliorer leur fonctionnalité.

BM : Quelles sont les fameuses “app killer” innovantes que vous souhaiteriez lancer depuis Blockstream ?

Adam Back : nous considérons le service Satellite Blockstream comme un premier pas pour décentraliser Bitcoin en réduisant radicalement le cout d’exploitation des nœuds. Le Blockstream Satellite offre de nombreux avantages pour différents types de configurations réseau :

  • Fonctionne sans internet ou à peu de frais :  permet de connecter n’importe quel portefeuille au réseau
  • Protège le réseau : en cas de panne de connections Internet, si vous êtes connecté au satellite la vérification des blocs pourra continuer
  • Confidentialité : Blockstream Satellite permet de recevoir la blockchain Bitcoin avec une empreinte très faible sur le réseau. Vous pouvez vérifier les données satellites via d’autres pairs et dans des conditions nécessitant une faible bande passante.
  • Souveraineté et sécurité financières : Blockstream Satellite réduit les couts liées à l’exécution d’un nœud complet à quasiment zéro. En exécutant un nœud complet et en connectant le portefeuille de votre smartphone à d’autres portefeuilles, vous n’avez plus besoin de faire confiance à des tiers.
  • Décentralisation : l’une des propriétés les plus intéressante de Bitcoin est qu’on peut s’y connecter sans aucune permission ni autorisation d’un tiers. Pour s’assurer que cet état de fait perdure, il est important que de nombreuses personnes dans de nombreux pays – dont les particuliers et les petites entreprises – exécutent des nœuds complets. En réduisant radicalement le cout d’exploitation des nœuds complets, nous espérons inciter beaucoup de personnes à en héberger. Cela renforcera Bitcoin.

En ce qui concerne les applications innovantes, nous avons l’intention de fournir une API. Elle permettra d’envoyer des données d’applications via le satellites afin que la communauté des développeurs, les startups et les entrepreneurs locaux puissent mettre à disposition leurs compétences.

Nous sommes dans la première phase du projet et les 2/3 des continents sont couverts. Nous prévoyons une couverture intégrale d’ici la fin de l’année. Il sera alors possible d’accéder à Bitcoin depuis un village sans Internet haut débit. Avec un peu plus d’équipement, vous pourrez accéder au réseau en vous déplaçant en bateau par exemple.

Pour en savoir plus sur ce grand projets, vous pouvez vous rendre sur le site officiel de la société.

Source

PARTAGER
Avatar
Directeur de publication du média que vous lisez en ce moment même, je quitte mes fonctions stratégiques de temps en temps, pour écrire des billets d'analyse financière du marché des cryptomonnaies.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici