Bitcoin, de « la mort aux rats » pour le dollar ? Cet économiste n’y va pas par 4 chemins

Bitcoin, un serial killer de monnaies fiats ?Et si finalement le célèbre Warren Buffett avait eu raison de traiter le Bitcoin de « mort aux rats au carré » ? C’est en tout cas que pense l’analyste financier Bill Miller, si on considère que les « rats » sont les devises étatiques.

Une économie mondiale en proie à une inflation explosive ?

En plus des marchés classiques des actions et des obligations d’État, le cabinet d’analyse financière Miller Value Partners de Bill Miller s’est également spécialisé dans Bitcoin (BTC) et le marché des cryptomonnaies.

Dans une lettre aux investisseurs, Bill Miller résume les fluctuations financières du dernier trimestre à l’année 2020 haute en couleur. L’analyste considère ainsi que les marchés « sous-estiment probablement les risques d’inflation ».

En effet, l’abondance de liquidités provoquée par l’impression monétaire des banques centrales (la Réserve Fédérale américaine en tête), combinée à l’augmentation de la vitesse de circulation de la monnaie (due au début de reprise post-Covid), pourrait brusquement « exercer une pression à la hausse » sur l’inflation des devises fiduciaires (fiats).

Mais alors, à quelles planches de salut se raccrocher pour 2021 ? Après avoir brièvement mentionné que les métaux précieux, que sont l’or et l’argent, devraient continuer de « bien se comporter » cette année, notre cher Bitcoin arrive rapidement sur la table des sauveurs potentiels.

Les monnaies fiduciaires vont-elles mourir des mains de Bitcoin ?

Bill Miller est clair dès ces premiers mots sur le sujet : Bitcoin et les cryptos sont de loin « la catégorie d’actifs la plus performante en 2020 ».

Bien que cette nouvelle classe d’actifs soit encore « très précoce dans son cycle d’adoption », l’analyste rappelle que la capitalisation totale de Bitcoin est désormais supérieure à celle de la méga-banque JP Morgan, ou encore à celle de Berkshire Hathaway, le fonds d’investissement de Warren Buffett.

Ainsi, face aux forts risques de dévaluation des devises étatiques, Bitcoin est perçu comme de l’or numérique : une valeur refuge plébiscitée par les grosses sociétés, comme MicroStrategy ou Square, pour remplacer leurs dollars.

« Si l’inflation reprend (…) et que davantage d’entreprises décident de diversifier, ne serait-ce qu’une petite partie de leur trésorerie en bitcoins plutôt qu’en fiats, alors le petit ruisseau actuel arrivant dans Bitcoin deviendrait un véritable torrent. (…) Le bitcoin pourrait être de la mort aux rats, si les rats sont les fiats. »

Bill Miller

En conclusion, Bill Miller rappelle aussi que Paypal et Square achètent, à eux seuls, « les 900 nouveaux bitcoins extraits chaque jour ». Entre la forte tension sur la demande et l’offre d’une part, et l’inflation galopante qui menace les monnaies fiduciaires d’autre part, l’avenir de Bitcoin semble encore plus chatoyant que le reflet de l’or.

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour