Bitcoin : ce titan de la finance américain parie sur le BTC

Collectionnez les articles du JDC en NFT

Collecter cet article

Le Bitcoin, meilleur que l’or ? Pendant des années, le BTC a été vu comme un actif de geeks, voire un investissement suspicieux. Mais la situation a évolué ces dernières années et les cryptos, dont le Bitcoin, ont gagné en crédibilité.

Depuis le dernier bull run de 2021, la cote du Bitcoin (et des cryptos en général)  a grimpé. Désormais, le BTC et d’autres coins séduisent tous les types d’investisseurs. Ces derniers mois, la reine des cryptomonnaies a même su capter l’attention des investisseurs traditionnels comme BlackRock ou VanEck.

Réticents pendant des années sur le sujet des cryptos, ces 2 fonds de gestion ont misé sur le Bitcoin et proposent désormais un ETF BTC spot. Depuis, ces acteurs ne tarissent pas d’éloges sur le Bitcoin. Récemment, VanEck a publié un document qui explique pourquoi investir dans le Bitcoin.

Bitcoin, un investissement aussi bon que l’or…

En tant que cryptomonnaie, le BTC possède un cours très volatil. C’est donc un actif très prisé des spéculateurs. Mais le Bitcoin a plusieurs cordes à son arc. Sur le long terme, le Bitcoin est une excellente réserve de valeur. Cela signifie qu’il ne perd pas de valeur dans le temps, contrairement à la monnaie fiat comme l’euro. En cela, il est très comparable aux métaux précieux comme l’or. Il n’est donc pas étonnant que le Bitcoin soit souvent qualifié “d’or numérique”. 

Les similitudes entre le Bitcoin et l’or

Le BTC est similaire à l’or pour les raisons suivantes :

  • Offre limitée. La quantité d’or en circulation n’est pas infinie et dépend de son extraction et des quantités souterraines encore présentes. Comme l’or, le Bitcoin possède une offre limitée. Comme vous le savez peut-être, il n’existera jamais plus de 21 millions de coins BTC. À l’heure actuelle, 19 698 925 bitcoins sont en circulation, soit 93 % de la quantité totale. 
  • Adoption de masse. Le Bitcoin connaît une adoption toujours plus importante. Le bull run de 2020 a permis de mettre en lumière les actifs cryptos, dont en premier lieu le Bitcoin. Depuis lors, plusieurs décisions de grande envergure ont donné un coup de projecteur important au Bitcoin. Par exemple, en 2021, le Salvador a officialisé le Bitcoin comme l’une de ses monnaies officielles. Plus récemment, de grands acteurs comme BlackRock et VanEck ont lancé des produits financiers (ETF) à base de bitcoins. Un autre facteur qui contribue à l’adoption du BTC provient du développement des layers 2 pour VanEck. Un layer 2 permet de booster les performances d’un layer 1, c’est-à-dire de gérer plus de transactions sur le réseau.
    Actuellement, le marché des layers 2 est en plein boom sur le secteur des dApps en lien avec la blockchain Ethereum notamment. Mais le Bitcoin n’en est pas de reste et possède ses propres layers 2, dont les plus connus sont Lightning Network et RGB. Avec RGB notamment, des actifs tels que des actions, des obligations, des biens immobiliers ou même d’autres cryptos peuvent être négociés sur la blockchain Bitcoin. RGB (comme d’autres layers 2 à venir) a donc le potentiel d’élargir les cas d’utilisation du Bitcoin en faisant une plateforme plus polyvalente et plus utile pour les développeurs et les utilisateurs. Cela ouvre la voie à de nouvelles opportunités d’innovation et de croissance au sein de l’écosystème.
  • Une valeur refuge. Grâce à sa blockchain, le Bitcoin fonctionne de façon décentralisée. Cela signifie que l’émission de coins BTC n’est pas contrôlée par une entité, comme c’est le cas avec les monnaies fiduciaires et leurs banques centrales. LeBTC est donc à l’abri de l’inflation monétaire qui résulte de la stratégie de la “planche à billets”.

>> Acheter des cryptomonnaies tout en économisant 10 % de frais ? C'est sur Binance aujourd'hui à 13 heures <<
<strong>Inscrivez-vous sur Binance</strong>
Inscrivez-vous sur Binance

Comme l’or, le BTC se fait de plus en plus rare

Le halving se déroule tous les 4 ans et permet de diviser par deux la récompense des mineurs. Concrètement, cela réduit donc le nombre de bitcoins mis en circulation par les mineurs, ce qui crée un effet de rareté. Comme l’or, le BTC est donc un actif de plus en plus rare, ce qui stimule mécaniquement son cours basé principalement sur la loi de l’offre et de la demande.

Le dernier halving a eu lieu le 20 avril 2024. La récompense des mineurs est passée de 6,25 à 3,125 BTC. En plus de réduire l’offre en bitcoins, le halving est souvent le catalyseur d’un mouvement haussier du Bitcoin, comme on le voit sur le graphe ci-dessous.

Si on considère les trois précédents halving, on s’aperçoit que le cours du Bitcoin a toujours augmenté dans les 180 jours qui ont suivi. Le prix du BTC a par exemple fait + 82 % lors du troisième halving qui s’est déroulé le 5 novembre 2020. Mais cet effet de catalyseur est encore plus important si on regarde le cours sur l’année qui suit. Un an après le troisième halving, le prix du BTC a augmenté de 594 % !

Qu’en est-il à l’heure actuelle ? Lors du quatrième halving en avril 2024, le cours du Bitcoin était d’environ 64 000 $. Au moment de la rédaction de cet article, soit un mois plus tard, le prix du BTC est de 65 980 $, soit une augmentation de 3 %

… voire mieux ?

Le Bitcoin joue donc le rôle de réserve de valeur comme l’or. Mais pour VanEck, le Bitcoin a des arguments à faire valoir qui pourraient le rendre plus attractif que l’or. 

Le Bitcoin, un actif plus flexible et transparent que l’or ?

VanEck cite deux arguments en particulier. Le premier porte sur le fait que le Bitcoin est un actif qui peut être divisé. En tant qu’actif physique, l’or n’a pas cette flexibilité. Concrètement, avec le BTC, un investisseur peut acheter 1 BTC comme il peut acquérir un millième de BTC s’il préfère. En fait, la plus petite subdivision de Bitcoin s’appelle Satoshi. Un coin BTC est composé de 100 millions de satoshis. Une telle subdivision est impossible pour l’or. Cela rend le Bitcoin accessible à toutes les bourses.

Un autre point fort du BTC relevé par VanEck est sa transparence. En effet, grâce à la blockchain, toutes les transactions sont publiques. Cette fonctionnalité rend difficile la manipulation et empêche la contrefaçon du Bitcoin. À l’inverse, l’or n’a pas le même niveau de transparence. Une fois négocié, les détails de la transaction (acheteur, vendeur, prix) ne sont souvent pas accessibles au public. Ce manque de transparence augmente le risque de fraude et de manipulation.

un actif plus performant que l’or

Le Bitcoin fait souvent parler pour son cours volatil. Lorsqu’il chute, beaucoup en profitent pour critiquer l’instabilité du BTC et son côté artificiel. Pour autant, si on regarde sur une échelle de temps plus grande, on s’aperçoit que le Bitcoin est un actif performant. En fait, sur les 11 dernières années, le BTC s’est montré plus performant que l’immobilier, les actions, les obligations et… l’or !

D’après VanEck, le Bitcoin a d’excellents arguments à faire valoir. Depuis le 15 mai, le cours du BTC a repassé la barre des 65 000 $ et semble amorcer une bonne dynamique. En route vers son dernier ATH de 73 750 $ ?

Pour faire le plein de cryptos, rendez-vous sur Binance, le leader des exchanges. Vous y trouverez toutes les cryptomonnaies les plus connues, ainsi que les projets novateurs présentés sur leur launchpool. Grâce à ce lien affilié, bénéficiez de 10 % de remise sur vos frais de trading et soutenez le travail du JdC
<strong>Inscrivez-vous sur Binance</strong>
Inscrivez-vous sur Binance

Kevin C.

De formation ingénieur mécanique / projet, j’ai travaillé dans l’industrie automobile et nucléaire pendant 10 ans. Reconverti dans la rédaction web depuis plusieurs années, j’utilise mes connaissances techniques pour l’écriture d’articles sur des thèmes spécifiques liés à la finance, les cryptomonnaies, la blockchain et la Fintech.

Recevez un condensé d'information chaque jour