Ripple (XRP) au pied du mur – La SEC en remet une couche devant les tribunaux

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

Dernier clou du cercueil pour XRP ?Depuis que la Securities and Exchange Commission (SEC) est tombée sur Ripple Labs et son jeton XRP, les mauvaises nouvelles s’enchaînent à un rythme presque quotidien. Cette fois, c’est l’accusation du gendarme financier US qui se précise.

Les 2 dirigeants de Ripple sur le gril de la SEC

L'affaire Ripple vs SEC n'en finit plus. En effet, ce 18 février, le régulateur financier a apporté une modification à sa plainte contre Ripple, comme on peut le voir dans ce document déposé auprès de la Cour du District Sud de New York.

Celui-ci précise notamment ses accusations contre Christian Larsen, le président exécutif de Ripple, et Bradley Garlinghouse, son actuel CEO. La SEC sous-entend des délits d’initiés dès la deuxième page du document :

« Comme Ripple n'a jamais déposé de déclaration d'enregistrement [auprès de la SEC], elle n'a jamais fourni aux investisseurs les informations importantes que, chaque année, des centaines d'autres émetteurs incluent dans leurs déclarations lorsqu'ils sollicitent des investissements publics. Au lieu de cela, Ripple a créé une aspiration si importante de l'information, que Ripple et les 2 initiés qui en avaient le plus le contrôle – Larsen et Garlinghouse – ont pu vendre du XRP sur un marché qui ne possédait que les informations que les accusés avaient choisi de partager [au public] sur Ripple et le XRP. »

La SEC ne relâche pas la pression sur Ripple

L’autorité de régulation devient même pressante : elle relève que les 2 accusés détiennent, non seulement toujours des « quantités considérables » de XRP, mais continuent aussi aujourd’hui de se servir de cette « asymétrie d'information » avec les investisseurs lésés pour leur propre profit personnel.

Sur le tableau ci-dessous (en page 16), on peut voir que Christian Larsen aurait vendu environ 1,7 milliard de ses XRP et Bradley Garlinghouse, approximativement 357 millions des siens. Les dirigeants et leur société auraient donc écoulé illégalement près de 14,6 milliards d’unités de leur jeton.

Extrait de la plainte modifiée de la SEC contre Ripple – Source : SEC

Cette charge contre les 2 dirigeants va plus loin, à la page 19, où ils sont de nouveau cités :

« Larsen et Garlinghouse ont tous 2 joué un rôle important dans la négociation et l'approbation des ventes de Ripple aux institutionnels, et dans d'autres offres et ventes de XRP à des investisseurs institutionnels. »

Ces précisions de la SEC interviennent une vingtaine de jours après que Ripple Labs et ses avocats aient demandé le rejet de cette accusation d’émission illégale de securities. Cela avait d’ailleurs été un signal pour un groupe de pump & dump, afin de manipuler le cours du pauvre XRP comme celui d’un simple shitcoin. Comme si ses ennuis avec la SEC ne suffisaient pas.

Rémy R.

Auteur

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017- 8Decimals - Tous droits réservés.


PARTAGER