Elon Musk dans le viseur des autorités US – A-t-il manipulé le marché crypto ?

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

Musk se flanque décidément de la SEC – Le PDG de Tesla, Elon Musk, pourrait faire l’objet d’une nouvelle enquête de la SEC (US Securities and Exchange Commission). En cause : des tweets répétés, mettant en avant la cryptomonnaie Doge, et ayant pour effet une modification artificielle du cours de cette cryptomonnaie.

Des tweets désormais ritualisés

Depuis plusieurs semaines, Elon Musk publie de façon régulière des tweets à l’allure sobre et concise, qui mettent en avant le Dogecoin. Mercredi 24 février par exemple, le PDG de Tesla a publié un tweet avec un seul mot : Littéralement. Le même tweet contenait une photo du célèbre Shiba Inu en combinaison spatiale, sur laquelle était planté un drapeau portant le mot “WOW”. Cette illustration reprend les codes et le logo du Dogecoin, ce qui a suffit pour faire réagir les marchés. En effet, mercredi, à 10h17 du matin (GMT+0), la cryptomonnaie affichait une hausse de 23,11 %, à 0,0581 $.

De la même façon, le 19 février, l’homme a déclaré à ses 46 millions d'abonnés qu'il en avait acheté pour son fils de neuf mois. Le prix de la cryptomonnaie a fait un bond de 16 % suite à ce tweet.

Ce type d’évènement n’est pas rare. L'Internet a même inventé le terme “Musk Move” pour rendre compte de l'influence considérable qu'exerce le milliardaire sur les prix de tout ce qui va du bitcoin au GameStop en passant par l'Etsy.

Poursuites éventuelles

A cause de ces agissements, il est probable que Musk fasse aujourd’hui l'objet d'une enquête, initiée par la SEC. Bien que la rumeur n'ait pas encore été confirmée, la récente activité de Musk sur Twitter est plus que suffisante pour justifier ces soupçons.

Nous savons par ailleurs que les tweets de Musk font l'objet d'une surveillance de la part de la SEC depuis un certain temps, à cause d’une suspicion de manipulations du cours de Tesla en 2018. Le PDG entretient depuis une relation de haine avec la SEC, et semble apprécier l'idée d'un nouveau round avec l'organisme de régulation. En 2018, Musk a déclaré : “Je ne respecte pas la SEC.”

Il n’est pour l’instant pas possible de savoir avec certitude si ces rumeurs de poursuites sont bien fondées. Il est par ailleurs probable que cette information soit fausse, et qu'elle ait pour objectif de manipuler les marchés. Si cela s'avère être le cas, le PDG de Tesla sera probablement déçu d’être ainsi privé de son combat privilégié avec la SEC.

Au-delà de l’aspect purement légal, les récents agissements de Musk posent tout de même question. En l’occurrence, il est intéressant d’observer qu’un seul homme arrive à décaler les cours d’une cryptomonnaie classée dans le top 20.

Auteur

Entrepreneur avant tout, l’univers blockchain constitue pour moi une réelle opportunité, au potentiel pratiquement infini. Ma vision est orientée vers le long terme, dans un monde régi par des actions de court terme.

  1. Ephem dit :

    C’est pas parceque Monsieur Elon Musk change sa bio Twittter en ajoutant #Bitcoin que ca y est c’est lui qui influence le marché. C’est juste la façon dont la presse people fonctionne, “OH mon dieu cette star a un nouveau look”=> 2 semaines plus tard toute les femmes à la mode font la même chose. Alors si un des gars les plus riches au monde change sa bio Twitter, il le fait si il veut c’est son compte et il a le droit d’afficher ses opinions et ce qu’il aime. c’est de la faute du système si tout le monde s’emballe derrière. c’est comme si t’es assis sur un banc dans un parc, jette des miettes et un tas d’oiseau se regroupe pour manger cette miette, suffit que tu en jettes un peu plus loin que tout le groupe d’oiseau se décale. Les gens qui suivent les mouvements des ‘peoples’ sont purement et simplement des moutons. c’est en aucun cas la faute d’Elon, c’est ceux qui suivent aveuglément.
    Admettons Il prends une photo de son fils avec une nouvelle casquette qu’il viens de lui acheter, en tant que père il est content, son fils est content il a envie de partager ce moment => bim sur twitter => admettons la casquette soit de la marque Ferrari => tout le monde va être tout excité et j’vous parie qu’on entendra parler a fond de Ferrari, si ce n’Est l’Action qui va grimper. Je pense qu”il sera tranquille avec la SEC

    • ionys dit :

      Pas exactement. Chaque pays établit ses codes et règles d’organisation de la société. En l’occurrence aux Etats-Unis, surtout si vous êtes une personne influente, la Securities and Exchange Commission peut considérer que vous faites du conseil financier. Qu’il soit direct ou indirect. Et c’est une profession réglementée à laquelle M Musc n’est pas autorisé. Si les Etats Unis ont établis ces lois, nous n’avons pas à les commenter. Le peuple est souverain. Au même titre que chez nous, vous n’avez pas le droit de faire de la publicité directe ou indirecte de médicament (et où l’on peu aux US) ou faire allusion à des éléments d’un appel d’offre dont la conclusion est imminente en France. Juste, injuste, libertaire, liberticide c’est ainsi. Et détrompez vous de la SEC, ce sont de redoutables prédateurs au même titre que la puissante IRS qui peuvent vous expédier, sans révision, des siècles en prison. Nos fonctionnaire à nous sont des bisounours quand ils envoient une lettre de réconciliation à l’amiable.

  2. Mourakami dit :

    Le principe des cryptomonnais est justement de ne pas relever de la compétence des états.
    Ainsi, il n’y a pas de règles que les investisseurs doivent respecter, ni de régulateur.
    La SEC n’a donc aucune prérogative pour agir.
    Quand a l’objet même de la manipulation, c’est d’utiliser des informations confidentielles pour tromper les investisseurs. Hors je crains que les fameux tweets de Musk n’aient rien de secret. Faire de la publicité sur ces investissements, même sur le marché des actions ce n’est pas une fraude.
    Bref du bruit pour rien, quand aux crétins qui investissent dans ces cryptos, il devrait plutôt se demander a qui profite le crime. Certainement pas à eux en premier.

    • ionys dit :

      Les états souverains n’ont que faire de savoir ce que pensent les communautés de cryptomonnaies. Dans les état démocratiques, elles sont tolérées dès lors que les citoyens s’acquittent de leurs devoirs déclaratifs. Si un état souhaite les interdire, il en aura le plein droit. On pourra toujours rétorquer que Bitcoin et affidés s’affranchissent de l’interdiction, il existe une méthode très simple et très efficace pour annuler leurs effets dans un territoire donné : interdire le transfert entre banque et plateforme de trading que l’on peut agrémenter de sanctions en cas de maximalisme. En France ces monnaies relèvent du code de la consommation. Aux Etats Unis la SEC considère que ce sont des sécurities. Allez donc demander au patron de Ripple ce qu’il en pense. Il peine depuis 2016 à se débarrasser de la SEC. J’imagine qu’il ne vous est pas non plus apparu que les américains ont beaucoup de mal à accéder aux plateforme de trading à l’exception de quelques une comme coinbase. Ce n’est pas un hasard. Enfin pour le cas de Musc, c’est plus subtil car il s’agit de manipulation de marché de masse dont la force est à l’évidence inégale entre les “crétins qui investissent” de bonne foi (on l’espère!) face à un rouleau compresseur de grosses mains qui déplacent le cours à guise comme par exemple se diviser en deux équipes. Les premiers achètent de plus en plus à un prix qui croit, les seconds qui vendent leur stock à un prix de plus en plus haut et renvoyant le flux de trésorerie aux acheteurs du premier groupe. Il est impossible pour un individuel de se sortir du piège, sauf à se couper un bras

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER