Scoop NFT : Le Parisien en première page du Web3

Il est cinq heures, Paris s’éveille – Les NFT, un format numérique novateur aux qualités inédites et disruptives. Une invention qui promet de révolutionner bien au-delà de l’écosystème crypto, pour le pire et le meilleur. Ainsi, de nombreux investisseurs continuent de fantasmer sur des pixels sans âme. Mais certains acteurs traditionnels de l’économie réelle cherchent à se positionner en tant que pionniers du Web3. Leur crédo ? Jeter les bases de nouveaux modèles économiques, et de réelles opportunités. Sur les rangs de ces entreprises audacieuses, le célèbre quotidien “Le Parisien”. En effet, il s’apprête à lancer une initiative qui ravira les lecteurs, et les collectionneurs.

Le Journal du Coin vous propose cet article promotionnel en collaboration avec Le Parisien.

La presse bientôt au standard NFT ?

Ça n’est un secret pour personne, la presse historique française est en pleine métamorphose. Ainsi, dans un contexte global de nouvelle donne technologique, Le Parisien a décidé de prendre sa part, et de partir à la rencontre d’une communauté hyper-connectée. Une démarche d’avenir résolument tournée vers la technologie blockchain et le nouvel écosystème qui en découle. Un virage Web3 qui prend la forme de 1000 token non fongibles.

1000, c’est donc le nombre de NFT qui seront « mintés » le 27 octobre, créés à partir de 100 “unes” historiques. De précieux sésames numériques associés à diverses utilités communautaires. Une première pour un média français et une opportunité rare pour ses lecteurs. En effet, ces premières pages iconiques couvrent la totalité de l’existence du média qui a vu le jour en 1944 sous le nom de “Le Parisien Libéré”. De grands faits de société marquants où l’on retrouve pêle-mêle la victoire des Bleus en 1998, l’incendie de Notre-Dame en passant par le couronnement d’Elizabeth II.

Les plus célèbres couvertures du Parisien vont connaitre une nouvelle vie sous forme de NFT

Le Parisien fait sa une NFT dans le Web3 

Ce projet est baptisé « Crypto-unes ». Pour le mener à bien, le quotidien a fait le choix du réseau Ethereum, connu pour sa stabilité et son tout récent virage Proof of Stake. En plus d’être les certificats de propriété numériques de ces œuvres désormais digitalisées, ces 1000 NFT possèderont des capacités uniques. Comme les cryptophiles avertis en ont désormais l’habitude, ils donneront droit à divers avantages en fonction de leurs 3 niveaux de rareté.

Sous la forme de Non-Fungible Token (NFT), les 100 couvertures les plus iconiques seront ainsi gravées pour toujours sur une blockchain. Un nouveau format digital qui garantit authenticité et traçabilité, synonymes de confiance pour les investisseurs, notamment en cas de revente. Ainsi, pour chaque “une”, 6 exemplaires communs, 3 rares et un unique seront “générés”. Plus un NFT est rare, plus il confère d’avantages à son détenteur.

Une première série NFT, un premier pas sur la blockchain

Ces avantages se regroupent en 3 familles :

  • Les abonnements : un an pour un NFT “Commun”, 18 mois pour un NFT “rare”, deux ans pour un NFT “Unique”
  • La participation : une implication à divers niveaux dans la création du journal. Ainsi, sont prévus des échanges réguliers avec des journalistes de la rédaction, la participation à des conférences de rédaction crypto, des évènements réservés aux possesseurs de NFT.
  • L’investissement : Les collectionneurs participeront à la création d’une nouvelle rubrique dédiée à la crypto
Le mint des 1000 NFT aura lieu sur la blockchain Ethereum
Trois niveaux de rareté donnent de nombreux avantages aux propriétaires des NFT Le Parisien

Cette initiative audacieuse, Le Parisien compte bien la pérenniser et souhaite s’engager à long terme dans le Web3. Intégrant la ligne éditoriale du journal, des contenus consacrés aux technologies blockchain et à l’écosystème crypto seront régulièrement publiés. De nouveaux formats journalistiques seront aussi mis en place dans les prochains mois, impliquant la participation des propriétaires de NFT et leur expertise dans cet écosystème disruptif et innovant.

Il n’est pas étonnant que Le Parisien soit l’un des premiers médias français à faire son entrée dans la nouvelle ère technologique d’internet. Habitué à suivre les grands faits de société depuis presque un siècle, le quotidien a été de tous les bouleversements, de toutes les révolutions. Longtemps réservé à un public averti, le Web3 et les NFT transforment aujourd’hui les habitudes. En effet, ils créent de nouveaux usages et de nouvelles opportunités. Un univers passionnant, en perpétuelle mutation dont les NFT sont le fer de lance les plus populaires. À travers cette collection, Le Parisien prend à bras le corps son lectorat pour l’emmener à la découverte d’une nouvelle donne journalistique et technologique. On s’abonne ?

Florent C

Père de famille de 49 ans tombé dans le bain crypto en 2017, je suis un passionné de la technologie blockchain, disruptive, libre et décentralisée. J'aime particulièrement apprendre, comprendre et expliquer tous les projets qui permettront à terme d’améliorer nos quotidiens. J’apprécie aussi de commenter à chaud les news de tous les acteurs du cryptogame.

Recevez un condensé d'information chaque jour