« Britcoin » : la Banque d’Angleterre réfléchit aux limites de sa future livre numérique

Collectionnez les articles du JDC en NFT

Collecter cet article

Tuer le cash et imposer des limites ? – Que ce soit la Banque de France, ou bien la Banque d’Italie plus récemment, toutes les banques centrales détestent Bitcoin (BTC) et les cryptomonnaies décentralisées. Et pour cause : les banquiers ont tous pour projet d’exploiter les technologies des réseaux blockchains pour émettre leur propre monnaie numérique de banque centrale (MNBC). Outre-Manche, la Bank of England (BoE) commence même à prévoir qu’aucun individu n’aura droit à plus de 20 000 livres sterling numériques (au mieux !).

Vous ne posséderez que 20 000 e-GBP, et vous serez heureux

Comme pratiquement toutes ses collègues à l’échelle mondiale, la Banque d’Angleterre planche très sérieusement et activement sur sa monnaie numérique de banque centrale (MNBC). Même l’actuel Premier ministre britannique, Rishi Sunak (alors ministre des Finances), avait appelé de ses vœux un « Britcoin » en avril 2021. Comprendre : une version numérisée sur blockchain de la livre sterling (« digital pound », ou e-GBP)

Dans une récente publication de Reuters, nous apprenons que les Britanniques n’auraient toutefois droit au maximum qu’à 20 000 de ces pounds numériques. Voire même : à la moitié seulement (10 000 e-GBP). Soit environ 22 500 euros, aux taux de change actuels, ou 11 250 euros dans le pire des cas.

C’est le gouverneur-adjoint de la Bank of England, Jon Cunliffe, qui l’a déclaré ce mardi 7 février 2023 :

« Nous proposons une limite, comprise entre 10 000 et 20 000 livres sterling [numériques] par individu, comme étant l’équilibre approprié entre la gestion des risques et le soutien à une large utilisation de la livre sterling numérique. »

la banque centrale anglaise limite l'émission des e-pounds

 >> Retrouvez Ethereum sur Trade Republic et recevez un cadeau de 20 € dès votre inscription (sous condition de dépôt de 2 000 €) (lien commercial) <<

Empêcher l’épargne et obliger à la circulation de l’argent : le rêve des banques centrales

Jon Cunliffe précise que ce pound numérique aurait le même statut juridique que les espèces (billets, pièces). Il ne sera, par contre, pas question de pouvoir épargner ces e-GBP, ils devront être rapidement dépensés et le surplus sera transféré :

« L’argent dépassant le plafond sera “balayé” sur le compte bancaire du client, étant donné que la livre sterling numérique ne sera pas un moyen d’épargner de l’argent. »

La veille de cette déclaration, c’est le gouvernement britannique qui insistait sur sa volonté de travailler avec les banquiers centraux de la BoE, pour émettre ce pound numérique. Les autorités aimeraient, en effet, que l’e-GBP soit entré en circulation « dans la seconde moitié de cette décennie ».

Comme l’avait très bien expliqué le lanceur d’alerte Edward Snowden, les MNBC vont être un moyen encore plus facile et puissant (en exploitant les technologies blockchains) pour les banquiers centraux de mettre en exécution leur interventionnisme monétaire. La Banque d’Angleterre commence ainsi à nous dévoiler ce que sera le contrôle total des banquiers sur cet argent centralisé à l’extrême.

Vous redoutez les décisions des banques centrales ? Faites le plein de Bitcoin avant que le couperet réglementaire ne tombe. Inscrivez-vous dès maintenant sur Trade Republic. Vous recevrez un cadeau de 20 € (sous condition de dépôt de 2000 €) pour passer à l’action (lien commercial).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour