Q&R avec une Banque Fédérale : « les cryptomonnaies peuvent résoudre le dilemme de Triffin »

Trading du CoinTrading du Coin
0
(0)

Hier, David Andolfatto, le vice-président de la recherche de la Banque de Réserve Fédérale de St Louis l’une des 12 banques régionales représentant la Banque Centrale étasunienne – s’est entretenu pendant une heure sur Twitter avec des internautes. Dans cette session de questions/réponses, de nombreux sujets ont été évoqués, et, bien sûr, les cryptomonnaies ont été mentionnées à plus d’une occasion.

Dilemme de Triffin et cryptomonnaies

Depuis quelque temps, la Banque de Réserve Fédérale de St Louis (que nous contracterons en St. Louis Fed) réalise, à intervalles régulier, des sessions de questions réponse sur Twitter. L’intervenant et le sujet changent à chaque fois, et, cette fois, les cryptomonnaies et les blockchains étaient au sujet, avec pour intervenant David Andolfatto.

David Andolfatto est un économiste pour la banque, depuis 2009. Également professeur d’économie à l’université Simon Fraser (Colombie-Britannique, Canada), il est récemment intervenu lors de la conférence récurrente « Dialogue With Fed » (qui invite le public à discuter économie avec des membres de la banque), lors d’un panel qu’il a baptisé « Blockchain, Cryptomonnaies et Banques Centrales ».

Avant de nous lancer, définissons ce qu’est ce fameux « dilemme de Triffin ». Il est la conséquence directe des accords de Bretton Woods qui consistaient à désindexer le dollar de l’or, et à faire du dollar américain la monnaie de référence pour les échanges internationaux. Cela eu pour conséquence une augmentation importante de la demande de dollars US pour alimenter le marché mondial et une émission de devise bien plus forte qu’avant ces accords de Bretton Woods.

Et c’est ici qu’intervient le dilemme de Triffin. En tant que pivot de l’économie mondiale, la demande en dollars US augmente. Mais cela a aussi pour conséquence une perte de confiance progressive des opérateurs économiques en raison de l’émission difficilement contrôlable, qui tend à faire du dollar US une “monnaie de singe”.

Au cours de l’échange sur Twitter, donc, un utilisateur a demandé à Andolfatto si les cryptomonnaies pouvaient jouer un rôle pour résoudre le dilemme de Triffin.

« Le Dilemme de Triffin fait référence à cette épée à double-tranchant qu’est la possession d’une devise faisant office de réserve mondiale. Si une cryptomonnaie privée en venait à remplacer une devise mondiale donnée, cela éliminerait le dilemme pour cette devise. »

D’autres questions pertinentes ont été posées. Vous retrouverez ci-dessous des morceaux choisis de cette session de questions/réponses.

Q&R en pagaille

  • @CoinGuccii

« Hier, Giancarlo de la CFTC mentionnait le besoin d’une “monnaie forte” qu’ont les marchés émergents. Est-ce que Bitcoin pourrait remplir le rôle de monnaie forte pour les marchés émergents ? »

« Bonne question. Imaginons que Bitcoin était largement utilisé au Venezuela, est-ce que les problèmes économiques actuels n’auraient pas fait surface ? Les économies ont besoin d’une bonne gouvernance, pas d’une monnaie forte. »

  • @K_L0X

« Quelle est l’utilité d’une blockchain pour une société privée ? Si c’est centralisé, ne s’agit-il pas simplement d’une base de données et d’un engouement médiatique ? »

« Les blockchains peuvent potentiellement résoudre les problèmes de gestion de bases de données dans une communauté qui ne fait pas entièrement confiance en ses membres pour enregistrer les données avec précision. Par exemple, une communauté composée de différentes entreprises au sein d’une chaîne d’approvisionnement mondiale. »

  • @danchilltz

« Est ce que les blockchains pourraient être mises à profit pour un système plus efficace de transfert monétaire intra-nationaux ? Comme, par exemple, en améliorant SWIFT, ou d’autre méthodes plus privatisées pour les transferts de fonds, y compris du type Western Union ? »

« Potentiellement. Mais ce serait sans doutes plus efficace d’implémenter simplement des lignes de communication directes en utilisant des livres de comptes centralisés standards. »

  • @tpi4343

« Une opinion sur la manière dont la croissance des monnaies privées va influencer la politique de la FED dans le futur ? »

« Les monnaies privées sont, de facto, des devises étrangères pour autant que les Banques Centrales soient concernées. Si une Banque Centrale gère sa politique monétaire de façon responsable, il n’y aura aucune inquiétude à avoir au sujet de la croissance de la monnaie privée. »

  • @K_L0X

« Est-ce que la FED a l’intention d’utiliser les cryptomonnaies d’une manière ou d’une autre ? »

« Pas à ma connaissance. En rapport à mon message précédent, si vous considérez les cryptos comme des devises étrangères, la FED n’a pas besoin de gérer une réserve de devise étrangère. »

Il est bien loin, le temps où les banques ne comprenaient rien à l’industrie crypto. Désormais, il semblerait que chaque institution financière qui se respecte se doive d’avoir des spécialistes de cet espace dans ses rangs, ce qui est un bon signe !

Sources : Coindesk ; Wikipedia : lien1 ; lien2 ; FRB of ST Louis || Image from Shutterstock

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Avatar
Tombé dans le domaine des cryptomonnaies durant l’été 2017, je m’intéresse particulièrement aux projets novateurs et aux relations dans la communauté. Chasseur de scam à mes heures perdues, vous pouvez me retrouver tous les matins dans notre newsletter !

Poster un Commentaire

avatar