Bitcoin BTC

La première raison pour laquelle (presque) personne ne paie en bitcoin

Trading du CoinTrading du Coin

Bien sûr, HODL est déjà un comportement qui limite les dépenses dans la cryptosphère. Mais conserver précieusement ses bitcoins n’empêcherait pas de faire un ou deux petits achats ponctuels, s’il n’y avait pas un autre problème majeur : la taxation. Rares sont les crypto-paradis à ne pas taxer la conversion cryptoactifs vers monnaies fiat, et la France ne fait bien sûr pas partie de ces exceptions.

Les taxes : un frein majeur aux dépenses en cryptos

La férocité fiscale aux États-Unis est assez similaire à celle régnant en France, il est donc intéressant de faire un parallèle avec un article sur le sujet, paru sur LongHash.

Les taxes constituent en effet un blocage majeur à l’usage quotidien de Bitcoin et autres altcoins. Elles viennent s’ajouter aux problèmes de la volatilité importante des cryptos, et au fait que l’on préfère thésauriser une bonne monnaie qui va prendre de la valeur (comme l’or autrefois et Bitcoin désormais avec le HODL) et dépenser à la place une mauvaise monnaie inflationniste, qui perd de la valeur avec le temps (comme le dollar ou l’euro).

Et il ne s’agit pas seulement de la volonté de respecter ces règles de taxation. Même sans vouloir être resquilleurs : ceux qui souhaitent en toute bonne foi payer leurs impôts sur leurs paiements en bitcoin s’exposent à un mal de crâne majeur s’ils veulent tenir à jour la comptabilité de toutes ces petites dépenses (et des impôts qui en découlent).

En effet, comme nous l’expliquions dans ce précédent article, tout comme aux États-Unis, le fait de convertir des cryptos en euros (ou dans n’importe quelle monnaie ayant cours légal, comme le dollar) en France  est un événement imposable. Dans notre belle “crypto-nation”, la taxation sur la plus-valuedifférence entre l’achat fiat>crypto et la revente crypto>fiat – peut aller jusqu’à la flat tax de 30% au maximum (avec 17,2% au minimum si l’on n’est pas imposé sur le revenu).

Le fait de céder ses cryptos contre un bien ou service ayant une contre-valeur en euros étant également un fait générateur d’impôt… imaginez l’infini casse-tête déclaratif si vous achetez votre baguette de pain quotidienne en BTC.

À part l’expatriation, des solutions en vue ?

Actuellement, les pays où de tels crypto-enfers fiscaux n’existent pas se comptent presque sur les doigts d’une main : Portugal, Singapour, Biélorussie par exemple. Mais il n’est peut-être pas nécessaire de se préparer à partir dans un autre pays.

Déjà, une autre solution est imaginable par les stablecoins. Ces derniers sont généralement adossés à une monnaie fiduciaire, comme l’USDT de Tether avec le dollar américain. Dans ce cas et pour prendre un exemple, il est courant qu’à l’achat 1000 USDT puissent valoir 1000,05$, et se retrouvent ensuite à valoir 999,95$ à la revente (ou en tout cas, un peu moins que la somme initiale). Dans ce cas, pas de plus-value, pas de taxes associées, pas de prise de tête comptable.

« Ce que nous avons remarqué avec les stablecoins en général, c’est qu’on se retrouve toujours avec une très légère perte en raison des frais payés pour les acquérir, et que leur valeur [par définition] ne change pas (ou très peu) », Robin Singh, CEO de Koinly

Attention toutefois, il ne faudrait pas dans ce cas convertir directement de l’USDT à l’euro. En effet, en cette période de dégringolade du cours de l’euro face au dollar, il n’est malheureusement pas exclu, pour une longue période de détention, qu’il y ait une bête petite plus-value dûe à la force du billet vert contre la monnaie unique, ce qui suffirait à recréer l’événement d’imposition. Il vaut mieux dans ce cas utiliser un stablecoin basé sur sa monnaie locale.

Une autre solution, pour le coup très (trop ?) transparente, serait d’utiliser des programmes logiciels de transmission automatique de chaque dépense. Une telle automatisation des déclarations (et calculs) est toujours imaginable, mais loin d’être idéale pour le respect de la vie privée.

La dernière solution, et de loin la meilleure, serait de revoir les lois concernant les cryptomonnaies, et de les considérer d’une manière similaire aux monnaies à cours légal, pour éviter toute histoire de plus-value. Mais c’est aussi malheureusement la solution la plus compliquée à faire adopter par les politiques.

Les gouvernements les plus hostiles à l’utilisation courante des cryptos peuvent ainsi freiner leur adoption de masse par ces simples taxes. À l’inverse, les pays qui se voudront les plus crypto-friendly ne feront pas subir ces interminables lourdeurs comptables et fiscales à leurs citoyens.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne / 5. Nombre de votes :

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

23
Poster un Commentaire

avatar
7 Fils de commentaires
16 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
Dumbphone
Invité
Dumbphone

Si j’effectue un paiement en Bitcoin, qu’il s’agisse de ma baguette de pain ou d’un appartement, j’estime n’effectuer pour ma part aucune conversion en euros. Cette conversion est effectuée par le vendeur, si celui-ci souhaite convertir les bitcoins reçus en euros. Je ne vois donc pas en quoi je devrais tenir une comptabilité de tout ce que j’ai payé en bitcoins, d’autant que je n’ai pas la moindre connaissance du taux de conversion BTC/EUR auquel le commerçant aura converti mon BTC. Ce taux peut varier considérablement selon qu’il effectue la conversion un jour ou une semaine plus tard. Si ce commerçant utilise lui-même ce montant en BTC pour continuer à acheter en BTC (sans conversion donc), il devrait théoriquement reporter la charge de l’impôt au suivant, ou en tous cas à celui qui sera le premier à effectuer la conversion. On aurait alors un mécanisme qui pourrait faire penser à… Lire la suite »

Seb
Invité
Seb

Bravo, tu viens de découvrir le blanchiment d’argent.

Anto
Invité
Anto

Il n’y a aucun blanchiment d’argent cher Monsieur.

Randour
Invité
Randour

Bonjour, vous confondez deux choses monsieur, l’argent en soit n’est qu’un moyen pour obtenir autre chose, par exemple avec votre raisonnement on peut jetter la monnaie d’un pays corrompu de la même manière, par ce que les gens qui y habitent payent la police pour eviter une contravention par exemple. En claire, dites moi ou vous pouvez echanger directement de l’argent liquide contre des bitcoins sans aucun justificatif et vous pourrez parler de blanchiment d’argent.

Arnaud Bouvy
Invité
Arnaud Bouvy

Localcryptos pour n’en citer qu’un seul.

Dumbphone
Invité
Dumbphone

Euh ????
J’ai du mal a voir le rapport.

CryptoLexis
Invité
CryptoLexis

Je veux bien admettre que ça soit la seconde raison ; mais pour l’heure la raison n°1 reste qd même que le bitcoin n’est accepté presque nulle part…

alain57
Invité
alain57

tu dois vivre dans une grotte c’est sur que tu poura pas depenser le bitcoin chez un commercant local ou chez auchan Mais rien t’empeche de passer par des sites qui te vendent des “cheque cadeau amazon” ou autre chose en echange de tes coins Et là faut m’expliquer un truc : vu que le vendeur ne demande pas les coordonnées du client et que le dit cheque cadeau tu peux le donner a quelqu’un d’autre… qu’est ce qui peut garantir que l’utilisateur final de ce cheque cadeau doit payer une taxe ? Car la aussi amazon ne te demande rien (et ils ont raison car rien ne prouve quoi que ce soit) T’as tres bien pu le recevoir en cadeau d’un ami ou collegue Enfin cette taxe me parrait bien injuste celui qui a miner le BTC a pas eu ses BTC par magie. Il a investis et pris… Lire la suite »

Dudu
Invité
Dudu

En 2020 20 grandes enseignes françaises vont accepter le bitcoin, footlocker, décathlon,……..

richi del
Invité
richi del

Non, le terminal de CB aura la technologie d’accepter les BTC, mais encore faut-il que l’enseigne le veuille et débloque cette fonction.

Dumbphone
Invité
Dumbphone

Je viens d’acheter il y a une semaine une fort jolie montre suisse automatique (davantage pour diversifier mes placements et éviter de garder du cash en constante d’évaluation, que pour la porter). Je l’ai payée en EUR mais j’ai eu la surprise de constater que ce site belge accepte les paiements en BTC.
Je pense que, les détenteurs de BTC étant sans doute plus aisés que la moyenne, l’acceptation du bitcoin comme moyen de paiement se fera “par le haut”, p.ex. dans l’immobilier de luxe, la bijouterie, l’horlogerie de prestige… Jusqu’à ce que l’on puisse payer des biens plus courants pour quelques milliers ou dizaines de milliers de satoshis, voire demander à recevoir son salaire de cette façon.
Tim Draper ne dit pas grand chose d’autre, et ses moyens lui permettent d’être *beaucoup * mieux informé que moi 🙂

Miky
Invité
Miky

Article complètement absurde et faux…

Quasiment personne ne se soucie d’impôts sur la plus value pour des petits achats ponctuels en Crypto, pas même le fisc. La question commence seulement à se poser lorsqu’il sagit de l’achat de quelque chose de vraiment important comme un bien immobilier.

Pour ma part j’ai déjà effectuer un bon nombre de dépense en Crypto dont des billets d’avions ou hôtels sans que la question m effleure l’esprit…

Seb
Invité
Seb

L’impot sur la plus value c’est dès le premier euro. Attention à ne pas sousestimer le fisc. Ils peuvent te prendre la tête pour 10 balles.

Miky
Invité
Miky

Je ne pense pas qu’il y ait à ce jour un seul cas de paiement en bitcoin qui ai déclencher une enquête du fisc. Surtout pour des petits montants.

Peut être que le jour où le nombre de paiements en Crypto sera devenu significatif ils commenceront à s’y intéresser. Ça sera quand même une galère niveau technique..

Je vois mal un site comme expédia ou travelbybit balancer un utilisateur ayant dépenser quelques centaines d’euros en btc. De plus il faut ensuite prouver que plus-value il y a eu…

Satsat
Invité
Satsat

La raison principale pour les petits montants c’est que payer en bitcoin signifie exposer sa cle privee sur le reseau bitcoin ou son ip sur lightning. Aucun hardware ne peut être considéré fiable et aucun n’implemente un processus qui separe “saving” et “spending”. Les sto c’est clairement pour arnaquer les riches et les nantis, personne n’ira.

Spinnozza
Invité
Spinnozza

J’ai plusieurs questions théoriques et pratiques :
1) à partir de quand est-on assujéti à l’impot
1-1) dès que je vends mes bitcoin pour les transformer en euros (mais en restant sur la plateforme
1-2) ou bien dès que je transfère ces euros de la plateforme vers une banque « traditionnelle » ?

2) Coinbase et Binance donnent-ils des infos au fisc français ?

Seb
Invité
Seb

Dès le premier euro.
On doit déclarer même 1 euro de PV, ou 1 euro de MV. C’est au moment où tu fais le change qui compte. Il n’y a nullement besoin de transférer sur une “vraie” banque.
Source: j’ai un compte titre depuis 7 ans. C’est le moment de la vente qui compte. Que l’argent reste sur le compte titre ou que je le déplace ça ne change rien. La différence c’est que pour un compte titre, le broker envoie tout au fisc et si je me trompe, je reçois une lettre plusieurs mois + tard. Pour un broker Crypto, je suis persuadé qu’ils sont en relation avec le fisc déjà à cause de toutes les lois antiterroriste.

Seb
Invité
Seb

Ca cest pour la déclaration. Pour le paiement, il faut que tu gagnes (salaire+crypto) + de 9600euros par an pour que ça soit imposable. Mais dans tous les cas tu dois déclarer. C’est aussi inéteressant car tu peux déclarer des moins values qui permettent de ne pas payer d’impots plus tard.

Seb
Invité
Seb

Ah non j’ai oublié de dire que dans TOUS LES CAS tu paies 17.2% de CSG

Spinnozza
Invité
Spinnozza

Donc si mes bitcoins achetés 7k € bondissent à 100k €, j’ai tout intérêt à travailler comme barman à Singapour pendant 6 mois et 1 jour et de les transformer en € là-bas ?
Non ?
😈

Seb
Invité
Seb

C’est n’importe quoi cet article.
Il s’agit de l’impot sur la plus value !
C’est comme si je me plaignais de payer une “taxe” parce que j’ai vendu 10 actions Total pour me payer un smartphone. Burlesque.
Cette taxe existe pour les conversion euro/dollars. Tout le monde peut avoir un compte en dollars. Chaque fois qu’on converti en euros, on doit calculer la PV. Toutes les entreprises le font et doivent le faire dans leur compte (gains/pertes de change).
D’ailleurs pour la très grande majorité des personnes en perte sur le BTC, ça leur permet d’enregistrer des MV reportables sur 10 ans.

Nabil
Invité
Nabil

Salut un site fiable ou vous pouvez doubler vos crypto,bitcoin,dog,dollar….ext 2019.
https://crypto-storm.ltd/?ref=d049236af6