Bitcoin vs Ethereum : le grand débat de la supply

Collectionnez les articles du JDC en NFT

Collecter cet article

Qui sera le plus stable ? – Bien que le vénérable Bitcoin (BTC) reste la plus valorisée des cryptomonnaies, son principal prétendant au trône, Ethereum (ETH), lui fait déjà forte concurrence sur certaines métriques. Le dernier vif débat entre supporters des deux cryptos phares du marché se porte sur la « supply », c’est-à-dire sur l’offre totale d’unités pour chacun de ces projets (le nombre de bitcoins et d’ethers).

Bitcoin ou Ethereum : qui est « la plus saine » des cryptomonnaies ?

Bitcoin et Ethereum peuvent être perçus comme complémentaires, avec des rôles et objectifs au moins partiellement différents. Mais malgré cela, certains cherchent l’opposition entre les deux crypto-actifs les plus connus. La présente agitation entre pro-BTC et pro-ETH est partie du tweet ci-dessous, posté par le compte @ultrasoundmoney.

Rappelons d’abord qu’une « monnaie saine » (sound money) est une qualification désignant une monnaie avec une valeur particulièrement stable dans le temps. Ce sont les pièces en or et en argent-métal utilisées pendant des siècles pour leur stabilité de pouvoir d’achat – qui ont d’ailleurs donné la version anglophone de cette qualité (sound/son), grâce au tintement harmonieux et très caractéristique de ces monnaies en métaux précieux.

Pour en revenir à notre débat du jour, le compte @ultrasoundmoney (pro-ETH en l’occurrence) considère que, si Bitcoin est une monnaie saine, alors Ethereum propose une monnaie « ultra saine » (ultra sound money).

Bitcoin ou Ethereum : qui à la monnaie plus saine ?
Compte Twitter @ultrasoundmoney

>> Envie de trader du Bitcoin et des cryptomonnaies sans y laisser votre chemise ? AscendEX vous réserve une belle surprise (lien commercial) <<

Minute papillon : BTC et ETH ont besoin de temps

Évidemment, chaque chapelle maximaliste se précipite pour y aller de ses arguments. Du coté d’Ethereum, c’est l’aspect potentiellement déflationniste du nombre d’ethers qui est le plus avancé. En effet, avec l’arrivée de l’EIP 1559, une partie des frais de transactions sont maintenant détruits. Dans certains cas, les ethers peuvent ainsi plus être détruits par l’EIP 1559, qu’il n’en est créés par les récompenses de bloc.

Du côté de Bitcoin, la limite fixée à 21 millions d’unitéset ce dès sa création par Satoshi Nakamoto en 2009 – est bien sûr l’argument le plus présenté. Et comme le rapporte notamment Cointelegraph, il faut en revanche signaler que la « politique monétaire » de son concurrent Ethereum a changé déjà plusieurs fois depuis sa plus courte durée d’existence (lancé en 2015). Certains parlent même « d’au moins 11 changements » de taux d’émissions monétaires (les « tokenomics ») pour le réseau ETH.

Bitcoin et Ethereum devront passer l’épreuve du temps pour obtenir le statut de monnaie saine.
Ethereum aurait-il un peu trop la bougeotte sur sa politique monétaire ?

On reconnaîtra à Bitcoin l’avantage de ne pas avoir changé de tokenomics depuis 14 ans. À l’inverse, l’interventionnisme sur Ethereum, pour l’instant un peu trop fréquent, peut rappeler désagréablement à certains les agissements des banquiers centraux sur leurs monnaies fiduciaires.

Mais que les uns et les autres se rassurent (ou pas) : pour savoir si BTC ou ETH sont qualifiables de monnaie saine, il faudra – comme pour l’orattendre des siècles d’utilisation en tant que monnaie d’échange, pour connaître leur réelle stabilité. L’épreuve du temps pour Bitcoin et Ethereum ne fait que commencer. Peut-être qu’avec un peu de chance, dans quelques décennies, nous aurons déjà une idée sérieuse de « qui est la plus saine » des cryptomonnaies.

Bitcoin et les cryptomonnaies sont là pour durer et vont changer le paysage de l’économie, tout le monde en convient. De votre côté, ne tardez pas trop et foncez vous inscrire sur AscendEX. Profitez de 10 % de réduction sur les frais de trading (lien commercial, voir conditions sur site).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour