Bitcoin, monnaie nationale : après le Salvador, le Zimbabwe ?

Bitcoin, une devise universelle ?Les pays émergents sont particulièrement friands des cryptomonnaies, car elles y ont une utilité dans la vie économique quotidienne. Le Zimbabwe, ravagé par l’hyperinflation de sa monnaie fiduciaire, est ainsi pleinement conscient de l’opportunité incroyable que lui offre Bitcoin (BTC).

Bitcoin : la porte de sortie de décennies d’hyperinflation ?

Après l’adoption de Bitcoin comme monnaie à cours légal par le Salvador, le 7 septembre 2021, tous les pays dont la monnaie étatique a du mal à ne pas se déprécier fortement par le jeu de l’inflation ont vu un nouvel espoir naître pour enfin réussir à stabiliser leur économie.

De l’Amérique latine à l’Afrique, l’idée de Bitcoin comme monnaie nationale, non seulement ne choque plus personne, mais est même étudiée de près par les gouvernants. C’est ici le cas des autorités du Zimbabwe, qui ne connaissent malheureusement que trop bien le désastre que constitue une monnaie fiduciaire qui s’écroule, faute de confiance dans son État émetteur.

Selon une publication du journal local Bulawayo, le gouvernement du Zimbabwe serait ainsi en train d’étudier la possibilité d’adopter la cryptomonnaie comme moyen de paiement légal dans le pays. Bitcoin est d’ailleurs clairement mentionné comme exemple par l’article.

L’emblématique billet de 100 mille milliards de dollars zimbabwéens, qui permettait à peine d’acheter du pain
Billet de 100 mille milliards de dollars zimbabwéens – Source : Capital

>> Jusqu’à 100 euros offerts en cryptomonnaies pour bien préparer le prochain bull run, ça vous tente ? <<

Des consultations en bonne voie, avant une annonce sur Bitcoin ?

Pour corroborer son affirmation, la publication cite plus particulièrement Charles Wekwete, chef de l’unité Technologique de l’e-gouvernement du Zimbabwe, qui a tenu le discours suivant lors d’un sommet technologique :

« Le gouvernement a mis en place un mécanisme pour recueillir les points de vue des différents secteurs de la société, afin de formuler une politique réglementaire [des crypto-actifs]. (…) Tôt ou tard, le gouvernement fera des annonces officielles, mais nous n’en sommes pas encore là, même si le processus de consultation sur le sujet est déjà en cours. »

Jugées essentielles pour aider au développement de l’économie numérique du pays, les cryptomonnaies sont toutefois considérées comme encore trop méconnues par les gouvernements, d’après le dirigeant zimbabwéen.

Cette méconnaissance génère des craintes sur les risques de blanchiment d’argent, que pourrait entraîner la facilitation des transferts transfrontaliers grâce aux cryptomonnaies. Cela explique ce premier temps de consultation, notamment avec le secteur des entreprises privées, avant toute annonce officielle prématurée.

Quand on voit que même les plus puissantes banques centrales de la planète ne peuvent rien contre l’inflation de leur devise fiat, et qu’elles impriment leur monnaie de façon folle, on comprend que beaucoup de regards se tournent vers les cryptomonnaies. Ce qui est d’autant plus vrai pour Bitcoin, avec son offre fixe et limitée à seulement 21 millions d’unités.

D’abord, le Salvador, puis le Zimbabwe, et enfin le Monde ? Bitcoin avance inéluctablement. Pour faire partie de la révolution, préparez l’avenir en vous inscrivant sur la plateforme de référence Swissborg. Jusqu’à 100€en cryptomonnaies offerts vous y attendent (lien affilié, en contrepartie d’un dépôt de 50€ minimum).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour