Bitcoin contre faux passe sanitaire – La police italienne démantèle 32 réseaux opérant sur Telegram

Se faire une (fausse) santé en cryptoLes autorités italiennes ont fermé des groupes Telegram utilisés pour vendre de faux passes sanitaires contre du bitcoin et des cryptomonnaies. Côté pile, les scammers continuent ainsi de ternir l’image de ces dernières en s’en servant en tant que moyens de paiements pour des activités frauduleuses, alors que côté face, les cryptos et la blockchain sont déployées comme solution d’authentification des certificats de vaccination dans certains pays ou Etats.

Montrer une fausse patte blanche contre du Bitcoin

Selon un article du 9 août 2021 de Reuters, la police italienne a fermé 32 groupes Telegram utilisés par des délinquants pour vendre de faux passeports sanitaires payés en bitcoins et autres cryptomonnaies. Le prix de ces derniers peut monter jusqu’à 500 €. Les faux documents sont destinés aux Italiens ayant déjà reçu au moins une injection de vaccin contre la covid-19, ou guéris récemment, ou encore ayant été testés négatifs en allant aux cinémas, aux musées, aux restaurants, etc. 

Ce n’est pas la première fois que des scammers proposent de faux certificats de vaccination contre des cryptomonnaies. Un rapport du 1er juin 2021 de Coinfirm indique ainsi que des escrocs vendent non seulement des faux documents de vaccination, mais également des faux vaccins, et autres tests de dépistage bidons sur le darknet. Les vendeurs se font payer principalement en Bitcoin (BTC), en Ether (ETH), en Dash, en Litecoin (LTC), en Tron (TRX), en Monero (XMR), et en Zcash (ZEC). 

>> Anticipez le prochain cycle de croissance de Bitcoin en vous inscrivant sur la plateforme de référence Swissborg <<

Passe sanitaire et blockchain : poudre aux yeux ou vraie innovation ?

Si les cryptomonnaies sont souvent pointées du doigt en tant que moyens de paiement utilisés dans les transactions illégales, les cryptos et la blockchain servent cependant également dans des projets permettant de lutter contre les contrefaçons de produits « sensibles ». C’est par exemple le cas de la république de Saint-Martin, un micro-État au nord de l’Italie, qui a décidé qu’une partie du passeport vaccinal pour ses 30 000 habitants sera stockée sous forme de NFT sur la blockchain publique VeChainThor

Le district d’Altötting en Bavière, en Allemagne, avait également mis en place un système de stockage et de vérification des certificats de vaccination sur la blockchain IOTA. Le projet à peine lancé a cependant déjà montré des failles, des internautes ayant réussi à créer de fausses preuves de vaccination.

L’Etat de New York s’est aussi lancé dans l’aventure des passeports sanitaires 2.0 avec son Excelsior Pass. La vérification de ce dernier est basée sur la solution privée d’IBM, l’IBM Digital Health Pass.

Les escrocs continuent de diffuser une mauvaise image des cryptomonnaies, les utilisant pour se faire payer pour des activités illégales. Certains projets tentent cependant de soigner l’image de Bitcoin et de ses cadets dans ce contexte de pandémie, comme le projet [email protected] qui a fait appel aux mineurs pour aider dans les calculs nécessaires au développement d’un vaccin contre la covid-19.

Soyez prudent, et faites en sorte de n’attraper qu’un virus : celui de la crypto ! Et pour commencer à booster votre système immunitaire financier, une offre exceptionnelle vous attend sur la plateforme Swissborg qui vous offre jusqu’à 100€ en cryptomonnaies lors de votre inscription (lien affilié, pour un dépôt minimum de 50€)

Kallisté O'Sullivan

Courtière en assurance dans une autre vie, crypto-addict dans celle-ci ! Je vulgarise Bitcoin et la blockchain pour ma famille et mes amis depuis bien trop longtemps, il était temps de passer aux choses sérieuses

Recevez un condensé d'information chaque jour