L’affaire à 11 milliards $ en Bitcoin – Craig Wright jugé en janvier

Trading du CoinTrading du Coin
4
(4)

Non, non et non !Malgré ses multiples demandes, Craig Steven Wright n’échappera pas à un procès en bonne et due forme devant un tribunal. Dans cette saga judiciaire, où 11 milliards de dollars de bitcoins seraient (soi-disant) en jeu, la juge vient de rejeter tous les recours du plus célèbre des « faketoshi ».

Notre avis sur Bitcoin (BTC) »

93 pages pour refuser tous les arguments de Craig Wright

Depuis février 2018, la succession du défunt David Kleiman accuse Craig Wright (qui était son associé) d’avoir conservé l’intégralité du 1,1 millions de bitcoins (BTC) qu’ils auraient minés ensemble avant 2013.

Nous ne reviendrons pas ici sur les innombrables – et incroyables – rebondissements de cette affaire rocambolesque, et nous concentrerons sur le dernier document judiciaire en date, fraîchement porté à la connaissance du public.

Les avocats de la défense avaient présenté 6 arguments pour éviter un procès devant un jury à leur client Craig Wright. Mais la juge Beth Bloom, en charge de l’affaire pour la Cour du district sud de Floride, a rejeté tous ces arguments qui demandaient un jugement sommaire (« summary judgment »). Un équivalent américain d’un jugement en référé, plus rapide.

Un jury est indispensable au procès de Wright, pour déterminer s’il y a « fraude »

Dans son contre-argumentaire, la juge Beth Bloom fait notamment valoir ce qui suit (page 70) :

« En règle générale, il appartient à un jury de déterminer si une fausse déclaration intentionnelle a été faite. Dans les affaires de fraude, le jugement sommaire est rarement approprié. (…) »

Elle donne ainsi raison aux plaignants, qui allèguent de multiples fraudes commises par Craig Wright :

« Les plaignants invoquent des suppositions de responsabilité qui permettent à un jury de conclure à une fraude, fondée sur des promesses et des actes futurs qui n’ont jamais été accomplis. En outre, les plaignants ont produit des preuves qui pourraient appuyer une telle conclusion, notamment les promesses faites par l’accusé de payer à la succession [Kleiman] 10 millions de dollars d’ici octobre 2014, promesses qui n’ont jamais été tenues. (…) Plus important encore, cette décision est un différend factuel, qu’il appartient à un jury de trancher et qui ne peut être résolu à ce stade [par un jugement sommaire]. »

Craig Wright devra donc bel et bien attendre son procès devant un jury, qui devrait commencer le 4 janvier 2021.

Celui qui prétend être Satoshi Nakamoto, l’inventeur de Bitcoin, a tout fait pour ne pas prouver l’existence réelle de ces supposées gigantesques possessions en BTC. Au moins, en janvier prochain, peut-être que dire « Craig Wright is a fraud » ne sera plus de la « diffamation » (d’après l’intéressé), mais une réalité jugée par un tribunal.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4 / 5. Nombre de votes : 4

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici