Snapparazzi

Snapparazzi : soyez l’oeil du monde

Trading du CoinTrading du Coin

Une nouvelle plateforme de partage de contenu vidéos (et picturaux) reliée à une régie d’advertising, Snapparazzi, vient d’annoncer le lancement de son produit minimum viable. Cette dernière espère avoir un impact disruptif sur ce marché en proposant un modèle de rémunération plus vertueux pour tous les acteurs impliqués, à savoir les modérateurs, les créateurs de contenus et les spectateurs.

Snapparazzi s’adresse aux Reporters (toute personne possédant un smartphone) et aux Créateurs de contenus (YouTubers) souhaitant disposer de revenus plus justes.

– Ceci est un article promotionnel réalisé pour Snapparazzi 

Le problème : un monopole de la distribution vidéo et une couverture limitée des événements médiatiques

Dans le monde du journalisme et des médias, un problème persistant est observé. Les grandes firmes médiatiques sont dans l’impossibilité de parfaitement couvrir les événements pour plusieurs raisons : il est onéreux de maintenir des reporters sur plusieurs lieux simultanément, et peu probable que ces derniers soient sur les lieux exacts d’un incident s’y déroulant.

La solution : Snapparazzi, un système transformant chaque utilisateur en reporter potentiel

80% des revenus liés à la vente des contenus pour les « Reporters »

L’équipe de Snapparazzi souhaite ici créer un écosystème juste, permettant à toutes les parties de tirer un profit maximal. Le projet de Snapparazzi consiste à déployer une application pour smartphones, permettant à tout détenteur de capturer des extraits vidéos à tout moment et de les mettre en ligne. Cependant ce n’est pas tout, en effet, la vidéo enregistrée pourra être vendue à tout intéressé (médias, particuliers etc), par le biais d’une enchère ou d’une vente directe. Le reporter recevra 80% des bénéfices sur la vente de son contenu, une proportion supérieure aux standards.

Ce concept au profil simple, permet à n’importe quel individu de prendre une vidéo d’un événement qu’il juge rare ou suffisamment important. Les événements d’actualité ont de facto une nature aléatoire, la probabilité qu’un expert “de la presse” soit à proximité d’un de ces événement est extrêmement faible. Ici, la nécessité de reporters est mise au second plan, chaque passant ayant la possibilité de s’approprier le moment. Il peut s’agir d’incidents majeurs, tout comme d’un événement mineur qui pourrait intéresser la presse locale (manifestation modeste, clichés suite à une tempête, réunion impromptue ou non d’une association ou d’un collectif, bagarre, etc…).

Par ailleurs, une fonctionnalité basée sur la géolocalisation permettra à ceux le désirant de recevoir des notifications, quand un événement important se produit à proximité afin de le filmer et d’envoyer les contenus aux donneurs d’ordre (un média dans la plupart des cas).

60% des revenus liés aux revenus publicitaires pour les « Créateurs » (cf. les YouTubers)

La plateforme se veut être place de marché pour les séquences vidéos, mais aussi écosystème de visionnage universel. Les créateurs de contenu, pourront mettre en ligne leurs productions, et recevoir 60% des revenus publicitaires générés par celles-ci sans valeur minimum de retrait. Les contenus soumis seront approuvés ou rejetés par des modérateurs, ces derniers seront récompensés pour le temps consacré.

20% des revenus liés aux revenus publicitaires pour les « Spectateurs »

Enfin, le spectateur pourra s’il le désire regarder des publicités (facultatives), adaptées à ses intérêts et être rétribué pour son temps passé. Tout comme les créateurs de contenu, les spectateurs toucheront 20% des revenus publicitaires générés, c’est chose peu commune et toujours appréciable.

Le jeton SnapCoin

Afin de fonctionner la plateforme repose sur un jeton utilitaire (utility token), le SnapCoin. Toutes les transactions se déroulant sur la plateforme devront être réalisées en SNPC (SnapCoin). Un média souhaitant acheter un extrait vidéo, devra s’approprier les jetons contre monnaie fiduciaire pour payer le reporter, par exemple. Les utilisateurs auront la possibilité d’échanger leurs SnapCoins contre du fiat à tout moment par le biais de la plateforme ou d’un exchange.

Une vente publique imminente

La pré-ICO s’est achevée par une atteinte du soft cap de 10 millions d’USD.

L’ICO publique de Snapparazzi se profile, prévue pour le 15 octobre, et celle-ci sera réalisée sous KYC, en étant conforme aux standards anti-blanchiment maltais.

Il sera possible d’acheter des SnapCoins pour un minimum de 100$, rendant ainsi la devise plus accessible aux particuliers intéressés par le projet.

Sur les 735 000 000 de tokens émis, l’allocation sera la suivante :

  • 70 % seront destinés à la vente ;
  • 9 % à la team ;
  • 5 % aux récompenses ;
  • 10 % à la réserve du projet ;
  • 6 % aux conseillers.

Limites et perspectives

L’idée du projet séduit par sa simplicité. Néanmoins, on peut douter des chances de réussite de celui-ci. Le marché du partage de vidéo étant extrêmement compétitif et difficile d’accès, même si ce concept se démarque par ses fondements (rétribution élevée des créateurs de contenus). Les modèles prévisionnels fournis dans le livre blanc sont certes là pour convaincre, mais leur réalisme reste discutable.

On peut aussi se demander comment la compagnie prévoit de protéger les aperçus des extraits en vente, contre des utilisateurs mal intentionnés, souhaitant redistribuer le contenu sur Youtube illégitimement.

Enfin, même si les coûts d’entretien d’une infrastructure de plateforme vidéo doivent être importants, la proportion du budget allouée au maintien, développement et recrutement pour la plateforme semble légèrement excessive.

La compagnie prévoit de sceller des partenariats avec les grands médias et d’ouvrir des chapitres de la compagnies sur différents continents afin de renforcer la présence de la plateforme. L’application mobile devrait rapidement voir le jour, la sortie de celle-ci étant planifiée pour le mois de décembre.

A ce jour, 2 MVP sont déjà en ligne, l’un concernant la plateforme d’enchères pour les Reporters (voir ici), et, l’autre concernant la Snapparazzi TV (voir ici – sorte de YouTube à la sauce blockchain).

Mots finaux

Snapparazzi tient là un concept intéressant. Leur approche originale de la diffusion de contenu est sans aucun doute des plus innovantes. Néanmoins, il ne faut pas oublier la dure réalité du marché, saturé et difficile à pénétrer, malgré la nature du produit. En effet, la concurrence établie dispose de moyens importants et d’autres startups offrant un service comparable sont susceptibles d’émerger. Agissez avec mesure, et considération.

Si vous désirez vous renseigner un peu plus sur le projet, une vidéo de présentation du concept (et une du CEO) est disponible, illustrant le fonctionnement de la future application d’une façon accessible, le lien de leur whitepaper, ainsi que la page vous permettant de vous inscrire sur la whitelist* afin d’enregistrer vos données pour le KYC et participer à la vente publique !

Attention : le lien marqué d’un astérisque est un lien affilié. Nous parlons de ce projet car nous le trouvons intéressant et suffisamment légitime. Cependant, vous devez faire vos propres recherches avant toute acquisition de token et assumer l’entière responsabilité de vos décisions. Les scams sont nombreux et nous vous conseillons fortement de mener une enquête sur l’équipe et la faisabilité du projet. Cet article ne peut en aucun cas être considéré comme un conseil en investissement.

– Ceci est un article promotionnel réalisé pour Snapparazzi 

PARTAGER
Le Journal du Coin
Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone au sujet des cryptomonnaies, de Bitcoin et des protocoles blockchain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.