24h planete crypto 67

24h sur la planète crypto #67 : toute l’actualité des cryptomonnaies, en français !

Trading du CoinTrading du Coin

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue dans ce nouvel épisode de 24h sur la planète crypto ! N’oubliez pas, en vous inscrivant à notre newsletter en bas de page, vous recevrez cet article par mail, et avant tout le monde ! Bonne lecture 🙂 !

Thaïlande : une deuxième banque clôture les comptes d’exchanges crypto

Plus tôt dans le mois, la Banque centrale thaïlandaise diffusait une circulaire dans laquelle elle enjoignait les institutions financières d’éviter de se mêler à l’espace crypto. Après cela, l’une des plus grandes banques du pays – Bangkok Bank – annonçait la clôture du compte de l’exchange TDAX.
C’est maintenant au tour de la Krungthai Bank (une banque nationalisée) de passer à l’action. Le président de la banque aurait effectivement ordonné lundi la fin de sa collaboration avec TDAX.

« Cette initiative fait suite à une demande de la Banque of Thaïland, invitant les institutions financières à la coopération en s’abstenant de s’impliquer dans les transactions de cryptomonnaies, étant donné que le cadre réglementaire régissant les devises numériques demeure flou. » Extrait du Bangkok Post

JD.com lance un incubateur d’entreprises IA et blockchains

L’une des plus larges entreprises d’e-commerce chinoise – JD.com – a lancé un incubateur d’entreprises concentré sur les startups évoluant dans les domaines de l’Intelligence Artificielle et/ou de la blockchain. Baptisé « AI Catapult », ce programme débutera en mars et vise à accompagner des startups innovantes afin de créer des cas d’usage de leurs technologies.

« Nous sommes ravis de travailler avec quelques-unes des startups les plus innovantes au monde afin d’explorer les façons de faire évoluer ces technologies de pointe au profit de l’avenir du commerce, ainsi que des autres industries. » Bowen Zhou, vice-président de JD.com

JD.com fait déjà usage de la technologie blockchain au niveau de sa chaîne logistique, et avait rejoint la Blockchain in Transport Alliance plus tôt dans le mois.

Porsche s’essaye à la blockchain

Porsche est récemment entré en partenariat avec Xain afin de propulser son entreprise dans une nouvelle ère technologique. La startup Xain repose sur la blockchain Ethereum, et avait remporté un concours lancé par Porsche, le Porsche Innovation Contest.

Ainsi, un projet pilote est lancé, et c’est l’ensemble des voitures vendues qui devraient faire « partie de la blockchain ». De nombreux cas d’usage sont évoqués.

En premier lieu, il sera possible d’ouvrir et de fermer votre voiture via une application, d’autoriser un accès temporaire au véhicule ou au contraire d’en bloquer l’accès

« Nous pouvons utiliser la blockchain pour transférer des données rapidement et en toute sécurité, ce qui procure à nos clients une tranquillité d’esprit plus importante, qu’il s’agisse de la charge du véhicule, du stationnement ou de la possibilité de donner à un tiers – tel qu’un livreur de colis – un accès temporaire au véhicule » Oliver Döring, stratège financier chez Porsche.

À l’avenir, bien d’autres innovations sont à attendre de cette collaboration. La conduite automatique a par exemple été évoquée.

Rakuten va lancer sa propre cryptomonnaie

Rakuten, la quatrième plus grande entreprise d’e-commerce au monde (derrière Alibaba, eBay et Amazon), a annoncé son arrivée dans l’univers crypto.
L’entreprise japonaise proposait déjà à ses clients un système de fidélité qui rétribuait 1 point à ceux qui dépensait 100 yens sur le site. Il sera possible d’échanger des points contre leur cryptomonnaie, sobrement baptisée le « Rakuten Coin ».

Un avantage indiscutable de ce projet serait d’éliminer les frais de transaction pour les acheteurs situés à l’étranger. En effet, en plus des frais « normaux », les acheteurs internationaux subissaient également des frais d’échange pour passer de leur devise au yen japonais.

Pour rappel, Rakuten avait, il y a deux ans de cela, acquit la startup Bitnet, concentrée sur le paiement en bitcoins.

Le créateur de Cardano voit les choses en grand

Charles Hoskinson est l’une des principales têtes de proue du navire Cardano. Ancien développeur pour Ethereum, Hoskinson est récemment intervenu pour partager son avis sur l’avenir de sa devise.
Pour lui, son équipe, sa devise et tout son écosystème se révèlent bien plus efficients que la plupart des autres acteurs. Quand certains parlaient d’un « flippening » entre Bitcoin et Ethereum, Hoskinson est à peu près convaincu qu’un retournement de situation de la sorte se produira, mais entre Cardano et Ethereum.

« Nous avançons bien plus vite sur tous les tableaux. Par exemple, Ethereum travaille depuis près de trois ans sur Casper – son algorithme de Proof-of-Stake. Cela fait à peine un an et demi que nous travaillons sur notre algorithme PoS, Ouroboros. Nous avons fait beaucoup plus de progrès qu’Ethereum, dans la mesure où nous avons déjà un réseau fonctionnant sur le Proof-of-Stake. » Charles Hoskinson

Ainsi, pour Hoskinson, Cardano vaut largement Ethereum, voire davantage. Selon lui, l’un des principaux avantages techniques de Cardano, c’est son interopérabilité avec les autres blockchains.

« Si vous êtes un développeur de smart-contracts, vous pourriez développer sur Ethereum aujourd’hui, puis, quand notre technologie sera prête, déployer votre smart-contract Ethereum sur notre système. Il fonctionnera plus rapidement, de façon plus sécurisée et moins coûteuse qu’il ne pourrait le faire sur Ethereum. » Charles Hoskinson

Les universités chinoises à la course aux brevets

Plusieurs universités chinoises sont actuellement en train de se pencher sérieusement sur les dépôts de brevet liés aux blockchains.

Nous avons par exemple l’université Zheijang, qui souhaite déposer un brevet pour une blockchain basée sur un cloud, dont le but serait de faciliter les paiements transfrontaliers.
Également, l’Académie Chinoise des Sciences serait en cours de recherche afin de créer un système blockchain « supportant simultanément les blockchains publiques, privées et les blockchains de consortiums. »

Si ces deux tentatives essaient de ratisser large dans leurs brevets, ce n’est pas le cas partout. Par exemple, l’université Shenzen se lance à la poursuite d’un brevet lié à un cas d’usage précis. En effet, l’université se concentre sur les droits de propriété intellectuelle des artistes, elle veut utiliser une blockchain pour identifier et tracer les productions.

Ces diverses initiatives sont une preuve que le gouvernement s’intéresse toujours aux blockchains, et est prêt à investir dans la recherche universitaire pour faire partie des pays en avance sur l’innovation.


image from ShutterStock.com

Avatar
Tombé dans le domaine des cryptomonnaies durant l’été 2017, je m’intéresse particulièrement aux projets novateurs et aux relations dans la communauté. Chasseur de scam à mes heures perdues, vous pouvez me retrouver tous les matins dans notre newsletter !

Poster un Commentaire

avatar