24h sur la planète crypto #55 : toute l’actualité des cryptomonnaies, en français !

Bonjour à tous et à toutes, et bienvenue dans ce nouvel épisode de 24H sur la planète crypto ! Nous vous proposons, comme d’habitude, un rapide tour de l’actualité crypto d’hier. N’oubliez pas de vous inscrire en bas de page si vous souhaitez recevoir cet article sous forme de newsletter 24h en avance 😉! C’est parti !

États-Unis : l’État d’Arizona propose de payer ses impôts en cryptos !

Le Sénat de l’Arizona a proposé jeudi dernier une loi permettant aux citoyens de l’État de payer leurs impôts en cryptomonnaies. Cette loi a pour l’instant été acceptée par le Sénat, et a donc été envoyée à la Chambre des représentants de l’Arizona, qui sera responsable de l’adoption finale. Si ce projet de loi est validé, les citoyens pourront désormais utiliser « des moyens de paiement tels que Bitcoin, Litecoin, ou toute autre cryptomonnaie reconnue par l’État » afin de payer leurs impôts.

« C’est l’un des nombreux projets de loi que nous présentons et qui envoie un message fort à tout le pays, peut-être même au monde entier : l’Arizona sera la terre de prédilection concernant la technologie blockchain et les devises digitales. » Jeff Weninger, représentant républicain ayant fait parti des instigateurs de ce projet de loi

Christine Lagarde : « La régulation est inévitable »

Lors d’une interview auprès de CNN, la présidente du FMI Christine Lagarde s’est à nouveau exprimé sur l’univers crypto. Selon elle, tous ceux qui considèrent la régulation comme hors de propos ne font pas preuve de réalisme. Mme Lagarde a expliqué qu’elle s’attendait à ce que toutes les cryptomonnaies finissent entre les mains des gouvernements, et que ceux-ci surveilleraient les activités dans cet espace de très près.

« C’est inévitable. Il s’agit clairement d’un domaine où nous avons besoin d’une supervision adéquate, ainsi que d’une régulation à l’échelle internationale. Il se passe probablement des choses assez sombres concernant les cryptomonnaies. » Christine Lagarde

Le CEO de Ripple rejette le terme « cryptomonnaie » au profit d’ « actif digital »

On est habitué à voir des banques, des gouvernements, ou n’importe quel détracteur s’opposer à considérer les cryptomonnaies comme des « vraies devises ». Cependant, le CEO de Ripple – Brad Garlinghouse – est récemment intervenu dans ce sens, et ce même concernant son propre token, le XRP.

« Je n’appelle pas ça des cryptomonnaies. Ce n’est pas de la monnaie. Je ne peux pas aller chez Starbucks ou Amazon pour les utiliser. Je sais bien que certains ne manqueront pas de dire : « Eh bien, j’ai un exemple où j’ai acheté quelque chose en BTC. » D’habitude, je dis : « Ah oui ? Avez-vous fait une deuxième transaction ? » Ce n’est pas vraiment une monnaie. Ce sont des actifs numériques. Si l’actif résout un vrai problème pour le client, alors cet actif a une valeur. » Brad Garlinghouse

Coingeek lance un concours pour tokeniser BCH : 5 millions de livres à la clé

Coingeek, l’entreprise crypto menée par le milliardaire Calvin Ayre (et fervente partisane de Bitcoin Cash), a récemment lancé un concours à grande échelle visant à permettre la tokenisation via Bitcoin Cash. Avec 5 millions de livres à la clé, ce concours vise à donner à Bitcoin Cash des capacités analogues à celles d’Ethereum et son réseau de token ERC-20. Le défi pour les participants est de concevoir une solution qui permet la création et la délivrance de tokens, ainsi que le rachat et la destruction de ces tokens

Thailande : raid contre Infraud, 100 000 BTC potentiellement saisis

Infraud était un marché noir en ligne, avec pour leitmotiv « In Fraud we Trust ». Le site proposait à l’achat des cartes de crédit volées, des narcotiques, des armes, des animaux protégés, des documents gouvernementaux illégalement obtenus, des fausses identités, bref, tout ce qui fait le bonheur des criminels sur internet. À la tête de ce site : Sergey Medvedev, 31 ans, et récemment arrêté chez lui par la police de Bangkok sur requête américaine. Une trentaine d’agents sont, en effet, rentrés chez lui, l’ont interpellé, puis ont saisi un ordinateur ainsi que divers documents. D’après les médias locaux, ce sont plus de 100 000 BTC qui étaient stockés sur ce PC. Medvedev devrait bientôt être extradé et jugé aux Etats-Unis.

Scission chez My Ether Wallet (MEW)

La co-fondatrice du principal porte-monnaie Ethereum – Taylor Monahan – a récemment quitté le navire MEW et lancé un nouveau porte-monnaie : MyCrypto. Parmi les raisons invoquées pour ce départ, Monahan explique que son implication dans le projet était telle qu’elle frisait le burnout en permanence. Avec l’arrivée massive de nouveaux intéressés dans l’univers crypto, la scalabilité était sur toutes les lèvres, et les rythmes de travail sont devenus infernaux. On ne sait pas vraiment les raisons profondes de cette scission, même si des divergences dans la vision de l’avenir de l’entreprise sont très probablement en jeu.

« La valeur de l’Ethereum a augmenté de façon exponentielle et les enjeux aussi. Chaque bug potentiel ou demande d’aide se transformait en la chose la plus urgente de tous les temps. Chaque tâche monumentale achevée signifiait qu’une autre tâche monumentale commençait. MyEtherWallet LLC était suffisant pour les premiers stades de croissance. MyCrypto est conçu en pensant à la mise à l’échelle de niveau suivant dès le début. » Taylor Monahan

On sait également que Hemachandra – le deuxième fondateur de MEW – a émis de multiples requêtes depuis septembre 2017 afin d’accéder à une copie de tous les dossiers financiers (livres de compte, etc.) concernant MEW, requêtes perpétuellement ignorées par Monahan. Ainsi, une requête officielle a été déposée à la Cour Suprême de Californie par les avocats d’Hemachandra, afin de contraindre Monahan à coopérer avec Hemachandra

Cliquez ici pour vous inscrire à notre newsletter et recevoir cet article 24h en avance !

image from Shutterstock.com

Restez connecté à l'actualité
Qui d'autre veut recevoir un résumé de l'actualité des dernières 24h chaque matin ?
PARTAGER
Tombé dans le domaine des cryptomonnaies durant l’été 2017, je m’intéresse particulièrement aux projets novateurs et aux relations dans la communauté. Chasseur de scam à mes heures perdues, vous pouvez me retrouver tous les matins dans notre newsletter !

2 Commentaires

  1. Petites erreurs de traduction : les cryptomonnaies ne sont ni des devises “digitales” ni des actifs “digitaux”. La preuve : les proctologues et les gynécologues, qui pratiquent un métier digital (= en rapport avec les doigts) par nature, n’en utilisent pas.
    Par contre on peut parfaitement parler de devises ou d’actifs numériques!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.