SaTT

ICO SaTT : un coup de balai numérique sur la publicité en ligne

Trading du CoinTrading du Coin

Savez-vous réellement comment fonctionne la publicité en ligne ? Comment cette publicité ciblée sur Facebook en arrive à s’afficher sous vos yeux mi-agacés mi-aguichés ? Non ? Aucune importance, c’est justement le travail de professionnels comme la société Atayen de gérer tout ce qui trame en coulisses dans ce milieu spécifique de l’advertising. Et leur nouveau projet blockchain, reposant sur le token SaTT, vise à changer la façon dont les campagnes publicitaires et leurs transactions commerciales prennent place habituellement. Explications et présentation de ce projet.

Ceci est un article promotionnel pour Atayen.

Faire enfin entrer de plain-pied dans la nouvelle révolution cryptomonétaire cet immense marché de la publicité en ligne, en le débarrassant de ses intermédiaires aux méthodes et aux résultats parfois bien incertains, grâce à la blockchain. Explications sur cette ICO à propos de laquelle vous pouvez déjà vous renseigner par vous-même sur le site officiel du projet SaTT.

Un projet mené par une équipe francophone à l’expérience solide

Menée par Gauthier Bros, cofondateur, l’entreprise a une expérience reconnue dans l’advertising digital. Notamment Atayan s’est affirmée par ses activités de développement de solutions comme iFrame Apps, permettant aux entreprises de transformer leur page Facebook en hub de communication principal pour gérer toute leur identité numérique directement depuis cette page : campagnes publicitaires multimodales, tracking des retours utilisateurs, passerelle entre les différentes infrastructures et incentives au sens large.

Aujourd’hui, c’est donc encore au-delà que la société cherche à se projeter, en permettant de gérer de façon plus rapide, plus sûre et plus transparente la gestion des campagnes publicitaires qui font s’agiter le Web 2.0. Pour cela, Atayan a développé un produit reposant sur la blockchain Ethereum (ETH) et les possibilités offertes par ses smart-contracts, avec un objectif : désintermédier la publicité en ligne et sa gestion.

Disrupter les intermédiaires de la publicité en ligne

À l’heure actuelle, comment fonctionne la publicité en ligne? Plusieurs modes de rémunération existent pour régir les relations entre l’éditeur (qui publie le contenu publicitaire) et son client annonceur.

CPC, CPM, CPA, CPV, CPE, taux de conversion…

Autant d’acronymes barbares pour désigner les différentes métriques considérées pour évaluer le coût de la campagne publicitaire, selon que l’annonceur paie au clic, au nombre de vues ou encore au nombre d’interactions de clients potentiels.

Mais au-delà du jargon, plusieurs difficultés émergent dans ce modèle : comment l’annonceur peut-il être certain des métriques pour lesquelles il paie, mais qui lui sont fournies en retour par l’éditeur ? Ce dernier peut en effet utiliser différents artifices et tricher sur le nombre de vues d’une vidéo publicitaire, pour ne prendre qu’un exemple parmi tant de possibles.

Et au-delà des difficultés liées au calcul de la rémunération, éditeurs comme annonceurs doivent encore composer avec les intermédiaires gérant la vente d’espaces publicitaires qui vont garder les fonds sous séquestre un temps certain, parfois jusqu’à plusieurs mois avant d’enclencher le paiement effectif entre les deux parties. Et comme d’habitude, au prix de frais non négligeables.

Plus généralement, les potentialités de tricherie sont nombreuses, et très peu solutionnées dans le modèle publicitaire actuel.

C’est exactement ici qu’entre en jeu le token SaTT et son écosystème reposant sur smart contracts, pour mettre un coup de pied blockchainisé dans la fourmilière.

SaTT : automatisation, escrow et oracles

Pour permettre de couper l’herbe sous le pied d’une partie malhonnête de cet écosystème, Atayen souhaite déployer son produit minimal viable dès début décembre. À l’aide de sa solution, il sera alors déjà possible aux annonceurs comme aux éditeurs d’entrer en relation par la plateforme et d’utiliser l’écosystème SaTT comme moteur de transactions. Le tout en profitant du savoir-faire technique plus classique de l’entreprise dans le domaine de l’intégration publicitaire via Facebook Connect et les diverses API de cette publisphère.

En se servant du SaTT comme d’un utility token ERC-20 sous-jacent, Atayen est en mesure de proposer un écosystème intégratif permettant d’apporter sécurité, transparence et efficience à la gestion des campagnes publicitaires.

En résumé, un annonceur pourra à l’aide de l’interface SaTT définir précisément les critères l’intéressant pour cibler au mieux ses clients potentiels, tout en choisissant avec précision les métriques à surveiller par smart contract en rapport avec sa campagne publicitaire (nombre de vues, nombre de clics, pourcentage d’engagement… Les fameux acronymes de quantification évoqués en début d’article).

Ainsi, en intégrant le recours à différents types d’oracle (comme Google Analytics, Instagram Analytics, ou encore Youtube Analytics), il sera possible de s’assurer de l’effectivité d’une campagne publicitaire, de son impact réel, ainsi que de moduler les paiements en fonction de ces résultats tout en les rendant plus rapides et plus sûrs : un annonceur aura un retour par les différents oracles automatisés concernant sa campagne publicitaire et ne paiera en SaTT que ce qu’il doit réellement. Du côté de l’éditeur, ce sera la certitude également d’être payé au juste prix de façon plus rapide et sans intermédiaire.

Le SaTT en tant que jeton pourra ou bien être stocké sur le wallet compatible BTC fourni par Atayen, ou bien par les solutions plus classiques de stockage de tokens ERC-20, pour les investisseurs lambda.

L’avantage de la solution propriétaire Atayen sera alors sa simplicité : les interfaces mobiles développées, comme SaTT Connect, permettront d’utiliser les fonctionnalités de Facebook Connect pour avoir accès à son portefeuille.

Il sera alors très simple d’utiliser le token SaTT comme un moyen d’échange : en se connectant sur les services compatibles SaTT à l’aide de son identifiant Facebook habituel, on aura accès à son interface SaTT personnelle et l’on pourra envoyer des SaTT depuis son wallet à ses contacts aussi facilement qu’un simple message Messenger ou un simple SMS.

À l’échelle d’un annonceur ou d’un éditeur cependant, la solution la plus intéressante restera de passer par un processeur de paiement plus classique pour lequel la société est encore en discussion.

L’ICO SaTT en détail

Le projet est déjà en partie financé de façon classique, notamment par le biais de fonds d’investissement extérieurs au rang desquels on trouve Kima Ventures, cofondé par Xavier Niel en 2010.

La levée de fonds en cryptomonnaies, mais également en fiduciaire contre rétribution en SaTT a donc débuté début mai de cette année (en plein bear market) et doit prendre fin en mars 2019.

La situation cryptomonétaire actuelle n’a pas entamé la détermination de l’équipe d’Atayen qui poursuit dans son optique d’amener la publicité numérique vers de nouveaux horizons grâce aux nombreux avantages de la technologie blockchain.

Ce seront près de 200 millions de tokens qui seront émis, à un prix initial fixé de 0,42 $ pour un cap minimum à atteindre de 3 360 000 $. Il est possible d’investir dans l’ICO publique SaTT à partir d’un minimum de 50 $, ce qui ouvre ainsi potentiellement le champ des possibles à l’ensemble des particuliers intéressés avertis des risques inhérents à un tel investissement.

L’équipe est en discussion avec certains des principaux exchanges pour faire lister le token à l’horizon Q2 2019, notamment avec HitBTC dans un premier temps, avant de se développer sur d’autres exchanges principaux.

Le mot de la fin

Solide d’une expérience reconnue dans le domaine, Atayen propose donc de tenter de rebattre les cartes du referencing publicitaire, en disruptant les intermédiaires habituels de ce milieu et en visant à l’assainir. S’il avait été possible d’envisager de fonctionner simplement sur un modèle centralisé promettant un comportement plus vertueux, Atayen a choisi de ne pas se reposer sur ses seuls lauriers et de tenter un pari : bâtir des fondations transparentes, sécurisées et distribuées grâce à la technologie de la Blockchain Ethereum (ETH) et aux possibilités offertes par ses smart contacts. Ce sont ainsi tout aussi bien les procédés de facturation et de paiement, mais aussi de surveillance de l’effectivité et de l’impact des campagnes publicitaires numériques qu’Atayen veut faire entrer dans le fameux Net 3.0 décentralisé.

Si le projet d’Atayen peut paraître prometteur, n’oubliez cependant pas que personne ne peut vous assurer d’un retour sur investissement, et que le changement des habitudes est parfois plus complexe qu’il n’en a l’air. Agissez donc avec mesure et considération dans vos investissements potentiels.

Si vous désirez vous renseigner encore un peu plus sur le projet, Gauthier Bros, le CEO d’Atayan a donné notamment une interview en Anglais lors de son passage au Block Show Europe à propos de SaTT. Vous pouvez également vous rendre directement sur le site de l’ICO de SaTT juste ici ou encore explorer vous-même leur White Paper accessible ici.

Source : SaTT || Images from Shutterstock & Giphy


Ceci est un article promotionnel pour Atayen. Ce contenu éditorial ne constitue pas un conseil en investissement. Malgré tout le soin que nous accordons à la sélection des projets promus sur notre site, nous incitons chacun à faire ses propres recherches et à n’investir dans les cryptoactifs qu’en connaissance de cause.

PARTAGER
Le Journal du Coin
Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone au sujet des cryptomonnaies, de Bitcoin et des protocoles blockchain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.