Open Libra : et pourquoi pas forker la cryptomonnaie de Facebook ?

Trading du CoinTrading du Coin

Alors que l’hégémonique projet monétaire Libra de Mark Zuckerberg patauge dans les marais hantés de la régulation internationale, certains proposent dès maintenant une alternative plus ouverte sous le nom d’OpenLibra.

Ses caractéristiques : une blockchain publique et la possibilité de créer des applications en open source, là où le projet originel est réservé à des opérateurs VIP. Et si l’initiative OpenLibra faisait tout mieux que son modèle ?  

Libra m’en tombent

Que l’industrie (et d’une manière générale le monde) aille de plus en plus vite, tout le monde en conviendra. Mais quand même, là ça commence à se voir : alors même que le projet Libra – et sa blockchain de consortium associée – semble voir son avenir de plus en plus s’assombrir, une initiative se propose déjà de forker le projet !

There's a new Libra in town.

C’est en tout cas la proposition audacieuse d’un groupement de plusieurs dizaines d’acteurs du secteur blockchain et au-delà, révélée à l’occasion du somme Devcon 5 d’Osaka (Japon). Le concept : proposer un fork de la libra qui serait, contrairement à l’architecture permissionnée originelle, entièrement public et fondé sur une approche open source.

Au rang des participants à l’initiative, on retrouve quelques noms célèbres du secteur comme Synestate, l’Université de Singapour ou la Fondation Ethereum, mais également des représentants de la société civile comme la Croix Rouge.

Un stablecoin peut en cacher un autre

Le token associé d’OpenLibra (dont on ignore encore le nom) aura lui une particularité unique : il s’agira d’un stablecoin dont la valeur sera adossée à la libra (elle-même étant également adossée à un panier de monnaies fiat). Vous suivez ?

Aucune vente de tokens ne sera organisée, pas plus qu’il n’est prévu de répartition de capital entre quelques acteurs majoritaires dans le projet. L’initiative est pour l’heure financée grâce à une donation de la fondation Interchain (active également dans le déploiement de la blockchain Cosmos).

Si on imagine le financement modeste (rapporté au milliard théoriquement nécessaire à Libra, première du nom), les développeurs ne chôment pas. En effet, le Github du projet est déjà publié et présente la machine virtuelle du réseau – baptisée MoveMint – qui fonctionnera sur la blockchain Tendermint.

Alors, qui de Libra ou d’OpenLibra sera en mesure de sortir en premier ? Existe t-il un Open-Zuckerberg occulte derrière ce projet alternatif ? Tout cela finira t-il dans un octogone ? La réponse à ces questions et à bien d’autres, prochainement dans le JDC !

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne / 5. Nombre de votes :

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Hellmouth Banner
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies. "Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
stéphane Groenweghe
Invité
stéphane Groenweghe

Et une probable future crypto de plus… et donc un projet inutile de plus.

Michael
Invité
Michael

“rapporté au milliard théoriquement nécessaire à Libra”

la blockchain libra coûte pas 1 milliard à développer

#fakenews

Pour le “OpenLibra” quel(s) société donneront les garanties des devises fiat ? ( ce qui en fera soit un système (multi-)centralisé ( comme le Libra ), soit un fake stablecoin )