Mixeurs bitcoin

Europol : Monero (XMR) est 100% anonyme et intraçable

Trading du CoinTrading du Coin
4.7
(31)

Monero est une cryptomonnaie connue pour ajouter une couche d’anonymat à ses utilisateurs en comparaison à Bitcoin. Cette dernière a été déclarée entièrement intraçable par un analyste d’Europol.

Le chat et la souris

Entre les hackers et les autorités règne un jeu du chat et de la souris perpétuel. À ce jeu, la cryptomonnaie Monero est un allié de taille pour les pirates, qui donnent du fil à retordre aux analystes en charge de retracer des mouvements de fonds.

C’est ce qu’a expliqué Jerek Jakubcek, analyste stratégique pour le compte d’Europol, au cours d’un séminaire vidéo. Dans l’exemple utilisé, Jerek Jakubcek a pris le cas d’un suspect ayant effectué des transactions Monero par le biais du navigateur anonymisant Tor. Là où Monero permet d’anonymiser les transactions, Tor permet de rediriger le trafic d’un ordinateur à travers un réseau de machine, brouillant ainsi l’adresse IP d’origine.

« Comme le suspect a utilisé une combinaison de Tor et de Monero, nous n’avons ni pu tracer les fonds ni les adresses IP. Ce qui veut dire que nous sommes arrivés au bout de nos possibilités »

À l’instar de la blockchain Bitcoin où l’ensemble des transactions sont visibles, Monero masque l’ensemble des informations relatives à la transaction comme le montant, l’émetteur ainsi que le destinataire.

Selon lui, il semblerait que ce type de montage soit devenu une pratique courante du côté des hackers.

« C’est un exemple classique de l’un des nombreux cas que nous avons eu où le suspect a décidé de transférer des fonds de Bitcoin ou Ethereum à Monero » Jerek Jakubcek

L’anonymat vu d’un mauvais œil

Il n’y a pas qu’aux gendarmes d’internet à qui Monero donne du fil à retordre. Depuis quelques mois, les places d’échanges qui prennent la décision de retirer les cryptomonnaies assurant l’anonymatdont Monero – se multiplient.

En Corée du Sud, la plateforme OKEx a retiré l’ensemble des privacy coins suite à la mise en place de recommandations par l’État. En Europe, c’est la plateforme BitPay qui a récemment annoncé le retrait du Monero à cause de son caractère anonymisant.

Au centre des motivations, nous retrouvons la crainte de prendre part à des schémas de blanchiment d’argent. Il y a fort à parier qu’à l’avenir ces cryptomonnaies soient de plus en plus stigmatisées et boudées par les plateformes d’échanges centralisées, dans un souci de conformité avec les réglementations en place. Quid de leur valorisation boursière ?

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4.7 / 5. Nombre de votes : 31

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Renaud H.
Étudiant ingénieur en software et en systèmes distribués, crypto-enthousiaste depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

3 Commentaires

  1. C’est peut-être sans doute parce qu’ils sont incompétents? Demandez à votre amis Craig Wright lui il sait comment faire puisqu’il en avait fait une démonstration de la recette de traçage XMR sur son twitter l’année dernière, pour la piste c’est une histoire de nœuds. Et puis vous n’avez clairement pas besoin de pièces anonymes si vous deviez blanchir de l’argent sale il y a plusieurs autres solutions qui sont concrètes et souvent citées ici dans les articles du journal du coin. (barre de recherche)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici