Staking crypto : Comment générer des revenus passifs avec vos cryptomonnaies ?

Comme nous l’avons vu dans notre article précédent, le staking (« jalonnement » en français) est une des méthodes les moins risquées pour générer des revenus passifs grâce à vos cryptomonnaies fraichement achetées. Nous verrons ici les différentes possibilités pour mettre en place cette stratégie offrant des revenus passifs, avec les particularités qu’elle présente.

Le staking en details

Comme nous l’avons écrit à l’occasion du premier épisode de cette série dédiée aux rendements passifs, le staking consiste à immobiliser vos cryptomonnaies contre rémunération. Afin de comprendre d’où viennent ces intérêts nous allons voir à quoi servent les fonds immobilisés.

Sur les blockchains PoS

Le staking est utilisé par les blockchains fonctionnant avec un mécanisme de consensus de «Preuve d’Enjeu» (Proof of Stake = PoS). Avec ce type de consensus, le validateur qui s’occupe d’ajouter le prochain bloc de la chaine est tiré au sort. Plus ce validateur a staké de jetons, plus ses chances d’être tiré au sort augmentent.

Les tokens stakés servent à s’assurer que le validateur ne triche pas sur le contenu du bloc lorsqu’il l’ajoute à la chaine. Si une fraude est détectée, les cryptos qu’il a mises en jeu (=stakées) lui sont confisquées.

Lorsqu’un validateur est sélectionné pour ajouter un bloc, il touche des récompenses pour ce faire (souvent les récompenses de bloc plus les frais de gas). C’est de là que viennent les intérêts du staking et des revenus passifs qu’il propose.

Pour devenir validateur du réseau d’une blockchain PoS, il faut du matériel adapté et des connaissances techniques spécifiques pour le mettre en œuvre et suivre les mises à jours des protocoles. En plus du temps nécessaire pour assurer la maintenance, il faut souvent détenir un nombre minimum de jetons (32 Ethers pour Ethereum 2.0). Cela peut donc représenter un coût très élevé et n’est pas à la portée de tous.

Aussi, il est possible de rejoindre un validateur existant en lui déléguant vos fonds. Celui-ci aura alors plus de chances d’être sélectionné pour valider un bloc. Pour vous remercier, le validateur vous redistribue une partie des récompenses qu’il touche (au prorata des tokens délégués moins un pourcentage).

Pour les jetons de gouvernance

L’évolution de nombreux projets DAO (Decentralised Autonomous Organisation) se décide grâce à un système de vote.

Pour pouvoir voter, les utilisateurs du protocole doivent détenir et staker des jetons de gouvernance du projet. Plus ils ont de tokens stakés, plus ils ont de voix.

Le rendement proposé pour staker ce type de jeton peut être lié à plusieurs raisons. Certains protocoles rémunèrent le staking de leur token simplement pour prévenir l’inflation, tandis que pour d’autres le rendement est là pour inciter les investisseurs à s’intéresser au projet. Parfois le rendement du staking est déterminé par un vote. Dans ce cas, ce sont ceux qui stakent qui décident entre les options de rémunération soumises au vote !

>> Gagnez des intérêts supérieurs à 10% en vous inscrivant dès aujourd’hui sur Invictus Capital (lien affilié). <<

Les risques du staking

Nous avons relevé 3 risques principaux pour le staking :

  • Hack de la plateforme à laquelle vous avez délégué vos fonds (custodial staking)
  • Le validateur ne vous reverse pas (ou partiellement) les récompenses qui vous reviennent
  • Les fonds stakés sont confisqués par le réseau (plusieurs raisons possibles : transaction frauduleuse, validateur indisponible pendant un certains temps…)

Si cela vous arrive vous n’aurez quasiment aucun recours possible et vos fonds seront perdus. Cependant, ces risques sont relativement faibles et dépendent des blockchains et plateformes choisies. D’où la nécessité d’approfondir ses recherches en amont.

Custodial VS non-custodial staking

Avez vous besoin d’un « gardien » (custodian en anglais) pour vos cryptos? C’est la première question à laquelle vous devez répondre si vous décidez d’opter pour le staking. Voyons plus en détails les différences qui pourront motiver votre choix.

Custodial staking – Embaucher un gardien

Avantages et inconvénients

Vous choisissez une plateforme qui devient gardienne de vos fonds. Cette plateforme jouera le même rôle que votre banque avec les monnaies fiat. Elle détient vos cryptos et se charge de les garder en sécurité jusqu’à ce que vous lui réclamiez. Elle a une dette à votre égard.

Avantages :

  • La mise en place et la gestion du staking est simple via des interfaces spécifiques
  • La plateforme peut vous proposer des délais de retraits plus courts que ceux du protocole sous-jacent (par exemple vous pouvez retirer vos ATOM du jours au lendemain du staking sur Kraken alors qu’il faut 21 jours pour les récupérer si vous les déléguez vous-mêmes)
  • La plateforme peut vous offrir des intérêts plus tôt que ce que propose le protocole sous-jacent (par exemple vous gagnez des intérêts dès votre dépôt en stakant du TEZOS sur Kraken alors qu’il faut 3 semaines pour commencer à gagner quelque chose auprès d’un validateur)
  • Vous pouvez staker plusieurs cryptos à partir d’une même plateforme.

Inconvénients :

  • Vous n’êtes pas réellement le propriétaire de vos cryptos – si la plateforme perd vos fonds ou refuse de vous les rendre vous aurez peu de recours possibles
  • La plateforme se rémunère en prélevant une partie du bénéfice issu du staking de vos tokens – vous gagnez moins qu’avec du staking non custodial
  • Vous n’avez pas vraiment le choix et/ou la vision du validateur qui reçoit vos fonds
  • La gestion des tokens peut être assez opaque et vous ne savez pas vraiment ce que la plateforme en fait

Choix d’une plateforme

Les plateformes centralisées proposant du staking sont très nombreuses sur le marché et faire son choix peut s’avérer compliqué. Plusieurs critères sont à prendre en compte pour vous aider dans votre décision. Nous vous proposons un comparatifs de quelques une d’entres elles.

Répartition de l'offre de staking sur les principales plateformes centralisées. Source : Journal du Coin.
Répartition de l’offre de staking sur les principales plateformes centralisées. Source : Journal du Coin

Suivant vos préoccupations personnelles, vous pouvez prendre en compte d’autres critères. Nous vous conseillons de vous intéresser notamment à l’historique de la plateforme que vous choisirez.

Exemple de mise en place de staking chez Binance

Voyons ci-dessous comment staker de l’ATOM sur la plateforme Binance qui propose de très nombreuses options.

Prérequis :

  • Avoir un compte Binance
  • Avoir des ATOM sur son compte

Connectez vous sur votre compte Binance, rendez-vous sur l’onglet « Gagner des cryptos » (1) puis sur « Binance Earn » (2)

Binance earn gagner des cryptos.

Cliquez ensuite sur « Staking » (1) puis « Staking vérrouillé« 

Staking verrouillé sur Binance

Cherchez le token ATOM dans la liste puis choisissez la durée voulue (1) et cliquez sur « Staker maintenant » (2). Il y a un nombre de place limité. Si ce nombre et atteint, vous ne pourrez pas staker vos cryptos avant que des places ne se libèrent.

Staking verrouillé sur Binance

Vous n’avez plus qu’à choisir le nombre d’ATOM que vous voulez staker (1) et à cliquer sur « Confirmer » (2)

Staking verrouillé sur Binance

Vous pouvez récupérer vos cryptos avant le délai initialement choisit mais vous perdez les intérêts accumulés.

Non custodial staking – Garder vous-mêmes vos cryptos

Avantages et inconvénients

Vous détenez réellement vos tokens en les stockant sur un portefeuille dont vous possédez les clés privée et publique. Ce portefeuille joue le même rôle qu’un portefeuille physique dans lequel vous mettriez des billets de banque. Perdre ou vous faire voler vos clés privées revient à perdre ou vous faire voler l’accès à ce portefeuille et donc ce qu’il contient.

Avantages :

  • Vos cryptomonnaies vous appartiennent réellement
  • Les intérêts générés sont souvent supérieurs à ceux du custodial staking
  • C’est vous qui choisissez votre validateur
  • Vous touchez toutes les récompenses proposées par le protocole (par exemple les airdrops sur Terra en plus du rendement en LUNA)
  • Vous avez un droit de vote pour décider de l’avenir de la blockchain ou du protocole

Inconvénients :

  • Vous devez avoir un portefeuille adapté pour chaque blockchain (par exemple Maiar pour Elrond, Keplr pour Cosmos…)
  • La mise en place et le suivi de vos positions peut être plus compliqué qu’avec une plateforme centralisée.

Choix d’un validateur

La dernière étape avant de staker vos cryptomonnaies est de décider à qui vous allez les déléguer. Suivant les blockchains, différents critères vous permettront de choisir.

Voici un exemple avec la blockchain Terra qui classe les validateurs à l’aide de 4 critères :

faire du staking sur TerraStation
Source : TerraStation
  • La puissance de vote : c’est le pourcentage total des voix que détient le validateur. Pour que le système reste décentralisé, il vaut mieux éviter de centraliser la puissance de vote.
  • La délégation propre (self-delegation) : c’est le pourcentage de LUNA délégué par le validateur lui-même. Un validateur qui délègue ses propres tokens est un gage de confiance, car s’il fait mal son travail il perdra ses propres fonds (en plus des vôtres).
  • La commission : c’est le pourcentage que prélève le validateur sur les récompenses qu’il gagne en validant des blocs grâce à vos tokens.
  • La disponibilité (uptime) : c’est le temps pendant lequel le validateur à été disponible pour traiter des blocs depuis son lancement. Si ce chiffre n’est pas proche de 100%, le validateur peut être sanctionné en se faisant confisquer des LUNA (les vôtres) par le réseau.

En plus de ces critères mis en avant, chaque validateur peut avoir des particularités intéressantes à prendre en compte dans la recherche des meilleurs revenus passifs. Pour les connaitre, il faut aller visiter le site internet de ces derniers.

Exemple de mise en place de staking sur la blockchain Terra

Voyons ci dessous comment staker du LUNA sur la blockchain Terra.

Prérequis :

  • Avoir installé un portefeuille Terra compatible (Terra Station Wallet, Ledger, Wallet Connect)
  • Avoir des LUNA sur son wallet

La première étape consiste à vous rendre sur le site terra.station.money et à connecter votre portefeuille à l’aide l’icone située en haut à droite (1).

Tableau de bord TerraStation

Allez ensuite sur l’onglet « Stake » (1) puis choisissez un validateur (2)

Staker sur TerraStation

Cliquez sur « Déléguer« .

Staker sur TerraStation

Choisissez le nombre de LUNA que vous voulez staker (attention à en garder sur votre portefeuille pour pouvoir payer les frais de transactions) puis cliquez sur « Envoyer« . Validez la transaction avec votre portefeuille. Vos LUNA sont stakés!

Staker sur TerraStation

Si vous voulez récupérer vos LUNA rendez-vous l’onglet « Undelegate« . Vous devrez alors attendre 21 jours pendant lesquels vous ne toucherez pas de récompenses avant de les récupérer.

Si vous voulez simplement changer de validateur, vous pouvez utiliser l’onglet « Redelegate« . Cela vous permettra de ne pas perdre vos intérêts pendant 21 jours.

Le liquid staking

Le staking liquide est une option proposée par quelques protocoles (Lido sur Ethereum, Stader sur Terra, Marinade sur Solana…). Cette vidéo du journal du coin explique très bien son principe.

Lorsque vous déléguez vos cryptos sur ces plateformes, elles vous remettent de nouveaux jetons servant de preuve de dépôt. Vous pouvez alors utiliser ces jetons pour générer à nouveau du rendement notamment en devenant Liquidity Provider (fournisseur de liquidités), ou en faisant des emprunts comme vu dans notre article précédent. Vous avez aussi la possibilité de récupérer vos tokens sans délai en revendant vos preuves de dépôts sur un exchange.

Voici un exemple avec Stader sur la blockchain Terra :

Staker des LUNA sur Stader

En déléguant vos LUNA dans la partie « Liquid Staking« , Stader vous remet des LUNAX qui sont la preuve de dépôt de vos LUNA. Vous pouvez alors utiliser vos LUNAX comme bon vous semble.

Pour récupérer vos LUNA via Stader, vous devrez attendre 21 jours comme si vous aviez délégué vos fonds directement auprès d’un validateur (vous pouvez aussi les récupérer directement en revendant les LUNAX sur un exchange).

Staker des LUNA sur Stader

Attention cependant car avec ce système vous ajoutez une couche de risque supplémentaire.

Conclusion du dossier staking & revenus passifs

Pour faire du staking, il faut tout d’abord avoir déterminé avec quelle cryptomonnaie le faire ! Rappelez-vous que si le prix de la cryptomonnaie que vous avez délégué baisse, les intérêts que vous toucherez ne suffiront pas forcement pour couvrir vos pertes.

Le staking est un moyen de générer des revenus passifs qui demande très peu de travail une fois qu’il est mis en place. Prenez donc suffisamment de temps en amont afin de choisir la solution la plus avantageuse pour vous et la plus ajustée à votre aversion au risque.

Le staking est encore trop compliqué ? Il existe d’autres solutions pour battre les rendements de notre bon vieux Livret A. Invictus Capital propose une solution nommée IML, un fonds d’investissement rendu accessible aux particuliers et offrant des taux d’intérêts annuels supérieurs à 10% (lien affilié)

Scrypto

Avec un côté volatil et des bases solides, c’est tout naturellement que je me suis intéressé au monde des cryptomonnaies en commençant par Bitcoin en 2014. CryptOptimiste, je pense que cet univers en pleine expansion n’en est qu’à ses débuts, et j’aime partager mes connaissances sur ce sujet d’avenir par le biais de mes écrits.

Recevez un condensé d'information chaque jour